L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 16 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Essais & documents  
 

Science de la nuit
Michel Jouvet   le Sommeil et le Rêve
Odile Jacob - Poches 2000 /  7.48 € - 48.99 ffr. / 256 pages
ISBN : 2-7381-0882-2
Imprimer

Certains jours, nous restons des journées entières sous l’emprise d’images fantastiques rapportées de la nuit. Nous tentons d’y voir clair avec cette sensation confuse d’être double, de revenir d’un invisible intérieur. Au mystère troublant et merveilleux du rêve, comment donner une réponse scientifique ?

Membre de l’Académie des sciences, Médaille d’or du CNRS, auteur d’ouvrages publiés notamment chez Odile Jacob, Michel Jouvet a consacré ses jours et ses nuits de chercheur à étudier les mécanismes neurobiologiques du rêve. Cette approche se démarque radicalement de la psychanalyse en ce sens qu’elle ne cherche pas à donner une explication au contenu rapporté du rêve mais à étudier les manifestations physiologiques qui l’accompagnent. Le rêve, souvent à l’origine des croyances primitives en l’esprit, est depuis quelques dizaines d’années un phénomène observé en laboratoire Pour Michel Jouvet, le rêve est un troisième état de fonctionnement du cerveau aussi différent de l’éveil que du sommeil.

Durant la nuit, nous connaissons alternativement deux types de sommeils. Lors de l’endormissement, nous entrons tout d’abord dans une phase de sommeil à ondes lentes (sommeil léger qui dure 25 minutes environ), notre température baisse permettant à l’organisme de refaire le plein d’énergie, nous conservons un assez bon tonus musculaire. Puis, nous entrons dans la phase dite de sommeil paradoxal caractérisée par un sommeil à ondes courtes (sommeil profond pendant 6 minutes), une intense activité cérébrale signalée notamment par des mouvements oculaires rapides, la disparition du tonus musculaire et des érections périodiques. Une personne que l’on réveille durant la première phase se souvient rarement d’un rêve, contrairement à celle qui émerge du sommeil paradoxal, c’est-à-dire pendant le rêve.

Lors de ses recherches, Michel Jouvet a réalisé des expériences sur les chats domestiques et a constaté qu’ils rêvaient deux fois plus que les hommes ! Avec son équipe, il a effectué sur ces animaux des lésions cervicales au niveau des mécanismes qui, durant le sommeil, bloquent l’activité musculaire. Réveillé, le chat est tout à fait normal, mais lorsqu’il entre en phase de sommeil paradoxal, il se met littéralement à vivre son rêve ! Le chat se lève, ouvre les yeux (mais en fait, il ne voit pas, ne réagit pas aux stimulis visuels et olfactifs), chasse des proies imaginaires, fait le guet…Ce phénomène a été observé, dans une moindre mesure, chez des hommes souffrant de lésions similaires qui, la nuit, se frappent ou attaquent leur compagne alors qu’ils sont en plein sommeil paradoxal. Le rêve apparaît ainsi comme un "jeu intérieur du cerveau" (expression empruntée à Jean Piaget).

Le phénomène du sommeil paradoxal a pu être enregistré chez la plupart des homéothermes (êtres vivants à température constante). Michel Jouvet explique que durant leurs premiers jours, ces derniers dorment beaucoup et ont de longues phases de sommeil paradoxal. Pendant cette période, l’organisme procède à la maturation de son programme génétique et nerveux. Ensuite, les cellules cessent de se diviser, ce qui peut laisser croire que notre structure génétique est définitivement fixée. Pour Michel Jouvet, la programmation génétique est réitérée au cours de la vie. Il formule alors cette hypothèse fascinante qu’une reprogrammation génétique a lieu durant le sommeil paradoxal. Il a en effet détecté une relation entre l’activité cérébrale intense du rêve et le système génétique. Cette relation permettrait de rétablir et de maintenir les circuits synaptiques responsables de l’hérédité psychologique. Par la réaffirmation nocturne des données génétiques qui font de nous des individus différents, la diversité, toujours menacée par le conditionnement social, serait préservée.

Avec à des idées aussi audacieuses, l’auteur a rencontré de nombreuses critiques, notamment quant à la validité du concept d’hérédité psychologique. Conscient de la difficulté de la question, qu’il considère comme l’une des dernières frontières de la neurobiologie, Michel Jouvet met en avant des travaux récents sur les jumeaux qui montrent que leurs ressemblances ne sont pas seulement physiques. Des chercheurs américains ont constaté des similitudes frappantes dans le parcours personnel de jumeaux n’ayant pas été élevés ensemble, certains allant jusqu’à rêver des mêmes choses !

Pour Michel Jouvet, l’environnement socio-culturel n’est peut-être pas le seul à conditionner nos existences. Seulement, nous avons tendance à croire que l’hérédité biologique ne va pas dans le sens de la liberté C’est peut-être une erreur. L’histoire montre que toutes les tentatives extrêmes de manipulation ont fini par échouer, peut-être est-ce parce que les hommes, malgré eux et pour leur plus grand bien, continuent de rêver ? Dans les pays soviétiques, les drogues données aux opposants supprimaient l’apparition du sommeil paradoxal… ils n’en devenaient que plus dociles !

Si ces hypothèses sont encore loin d’avoir trouvé toutes leurs démonstrations scientifiques, les lecteurs les plus avertis pourront se pencher sur les formules, courbes et schémas qui émaillent le Sommeil et le Rêve, composé de différentes contributions à des revues spécialisées ou généralistes. Les doutes exprimés par l’auteur lui-même tout au long de textes accessibles au néophyte attentif révèlent notre méconnaissance de pans entiers de l’activité cérébrale et la belle humilité du vrai chercheur. Stimulante pour l’esprit, son approche, souvent poétique, alimente une fois encore nos rêveries... et si la liberté n'était qu'une donnée biologique ?


Claire Debôves
( Mis en ligne le 09/11/2000 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd