L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 25 septembre 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Essais & documents  
 

Les impasses du néolibéralisme mondialisé
Noam Chomsky   Le Profit avant l'homme
10/18 - Fait et Cause 2004 /  7.30 € - 47.82 ffr. / 254 pages
ISBN : 2-264-03812-8
FORMAT : 11x18 cm

Profit over people, Neoliberalism and global order, traduit de l'anglais (Etats-unis) par Jacques Maas.

Ouvrage publié en France une première fois en 2003 (Fayard).

L'auteur du compte rendu: Après un DEA d'Histoire à Sciences-Po et un DEA de Sciences politiques, Dominique Margairaz est actuellement doctorant à l'IEP de Paris où il travaille sur les rapports entre les historiens et le nationalisme à la Belle Epoque.

Imprimer

Le livre de Noam Chomsky se présente comme une diatribe argumentée contre le paradigme néo-libéral qui investit tous les pans de la société contemporaine depuis plus de 30 ans. Ce linguiste éminent, intellectuel juif américain dissident, se définit lui-même comme un socialiste libertaire et représente la mauvaise conscience du pays qui domine le monde d'aujourd'hui. Il estime d'ailleurs que toute réflexion sur l'ordre mondial nécessite une étude approfondie du fonctionnement politique et social des Etats-unis.

La voix de Chomsky résonne depuis les évènements de la Guerre du Vietnam, qui avait éveillé la conscience d'une gauche critique. Depuis les années 60-70, il poursuit minutieusement une analyse de la démocratie libérale, insistant sur ses contradictions fondamentales.

Chomsky évoque continuellement, à la suite de ses travaux sur les médias et le développement de la propagande, la dissociation grandissante entre un langage communicationnel altéré par les effets publicitaires et maniant volontiers les concepts de "démocratie" ou encore de "droits de l'homme" et une réalité tyrannique marquée par la guerre de tous contre tous.
La poussée récente d'antiaméricanisme dans le monde entier et principalement parmi les couches populaires, qui s'intensifie depuis l'intervention américaine en Irak en 2003, encourage une vision plus critique de la "plus grande démocratie du monde" et semble mettre à jour des mécanismes de fonctionnement anti-libéraux.

Chomsky rappelle que le terrorisme qui sévit aujourd'hui n'est que le fruit de la politique étrangère américaine adepte de "la loi du plus fort". D'après lui, la démocratie formelle telle qu'elle existe aujourd'hui ne serait qu'un vernis idéologique masquant la réalité des enjeux socio-politiques et économiques servant un ordre inégalitaire du monde au profit d'une "classe aisée" mondialisée.

Le livre est une série d'articles publiés lors de la décennie 90, décennie ayant connu de nombreux bouleversements internationaux. L'auteur aborde successivement l'inféodation de grandes organisations internationales comme l'OMC aux "valeurs américaines" et décrit les procédés de la guerre économique.

Le projet de l'AMI (Accord Multilatéral sur l'Investissement), qui avait germé dans les têtes des dirigeants issus des milieux d'affaires internationaux dans les années 1996-1998, prévoyait la soumission des Etats aux droits des plus puissantes multinationales, capables alors légalement d'attaquer ces mêmes Etats en cas d'entrave à la bonne marche des projets d'investissements.Il est provisoirement écarté à l'heure actuelle mais risque de resurgir sous de nouvelles formes.

Certains articles décortiquent les mécanismes sous-jacents du néo-libéralisme, idéologie nationale aux Etats-unis et dans les milieux élitaires du monde entier. Cette doctrine économiciste fut forgée à la fin des années 70 et matérialisée dans la décennie suivante par ses deux grands chefs de file: Ronald Reagan et Margaret Thatcher.

Cette idéologie se distingue du libéralisme classique, attaché à des valeurs morales et humanistes qui fondent l'autonomie individuelle et qui reste plus ou moins connecté aux idées démocratiques se diffusant à partir des XVIIIe et XIXe siècles.
Le néo-libéralisme apparaît comme une nouvelle réaction aristocratique, anti-populaire et surtout anti-démocratique, qui s'accompagne de la résurgence de peurs traditionalistes envers "la vile multitude", la foule irrationnelle. Il exalte le profit, la marchandisation galopante, la novation technologique, le mépris de l'égalité véritable et favorise le goût immodéré de la compétition à tous les niveaux.

On peut lire les réunions du sommet du G8 ou encore le sommet de Davos à la lumière des réflexions de Chomsky. Ces conciliabules se ferment toujours davantage sur eux-mêmes et confisquent les grandes décisions politiques mondiales, prises désormais à huis-clos, et seulement entérinées par la propagande médiatique d'un journalisme aseptisé.
Le néo-libéralisme méprise les "gens ordinaires", les services sociaux et le syndicalisme. Il conduit directement à l'ultra-individualisme. De plus, ce courant idéologique, prônant la passion sans limite des vertus du marché, refuse une application générale de ce principe : les Etats-unis savent parfaitement comment utiliser le protectionnisme lorsque cela est nécessaire pour préserver les intérêts nationaux.

La capacité du peuple à prendre conscience de son rôle moteur dans l'histoire, à prendre son destin en main, est au coeur des idées du linguiste. Il encourage les peuples à refuser les diktats des élites et à promouvoir un idéal politique en rupture avec le modèle immuable de la "démocratie capitaliste d'Etat".
Le soulèvement zapatiste mexicain de 1994, qui fait l'objet d'un court article, reprend ainsi le flambeau de la révolte mondialisée. Il surgit à la suite des effets sociaux désastreux de l'accord de libre-échange, l'ALENA, entre les Etats-unis, le Mexique et le Canada, négocié à l'avantage de l'Oncle Sam.
Cette insurrection est l'avatar moderne du refus populaire de la domination néo-libérale dont les Etats-unis semblent la clé de voûte.

La récente intervention américaine en Irak, de plus en plus perçue comme un excès d'impérialisme autoritaire, se conjugue négativement avec l'impression d'endoctrinement médiatique des masses, qui conduit à désamorcer le processus électoral.
Chomsky rappelle que son pays a une histoire conflictuelle, violente et particulièrement cruelle. Les élites socio-économiques, incarnées de nos jours par les grandes multinationales, ont des racines lointaines et s'inscrivent dans la lutte du peuple américain pour la démocratie, lutte qui reste d'actualité.

Pourfendeur de la domination de son pays, ennemi implacable des mystifications du système démocratique formaliste (par exemple, le mythe de la drogue, qui couvre la domination politique des pays d'Amérique latine, ou plus récemment, le terrorisme international qui légitime la présence militaire sur tous les continents et la mise au pas de la libéralisation politique des régimes despotiques), dénonciateur des inégalités sociales et critique acerbe des élites intellectuelles et politiques du monde contemporain, Chomsky conserve une réputation sulfureuse Outre-Atlantique.
Il semble qu'il trouve, depuis quelque temps, un écho favorable dans un pays comme la France, ce dont témoignent ses succès en librairie.

Au bout du compte, Le profit avant l'homme constitue un recueil de textes marquant pour ceux qui souhaitent trouver des munitions intellectuelles contre l'ordre mondial établi et renouer avec l'utopie socialisante, voire ceux qui veulent connaître les arcanes des pratiques politiques américaines.
Il faut cependant rappeler que seul un Américain bénéficiant de la liberté d'expression, denrée sacrée sur ce sol puritain, peut conserver le droit à la parole et pouvoir être publié après avoir si vertement ébranlé sa propre patrie.


Dominique Margairaz
( Mis en ligne le 17/05/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • 11/9
       de Noam Chomsky
  • Pouvoir et Terreur
       de Noam Chomsky
  • La Loi du plus fort
       de Noam Chomsky , Ramsey Clark , Edward W. Said
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd