L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 25 septembre 2018
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Réaliste  
 

“Qui es-tu, inconnu mon amour ?...”
Jean-C. Denis   La beauté à domicile
Dupuis - Aire Libre 2004 /  12.94 € - 84.76 ffr. / 72 pages
ISBN : 2800135417
FORMAT : 24 x 32 cm
Imprimer

Quand Jeff a croisé Angela dans la rue, il a tout de suite ressenti le magnétisme de cette femme, pas forcément belle, mais totalement «magique» à ses yeux. Une histoire se noue entre eux. Hier étrangers l’un à l’autre, les voilà amants. Mais quelques mois plus tard, Jeff découvre une Angela colérique et brutale. Sa belle inconnue redevient une femme dont il ne sait rien, ce qui le laisse totalement désemparé. Imaginant toutes les hypothèses, il va chercher à savoir qui est vraiment cette femme.

Jeff et Angela ont deux métiers itinérants : lui est chauffeur de taxi clandestin, elle, esthéticienne à domicile (d’où le titre de l’album). On y verra le symbole criant de l’errance qui caractérise ces deux êtres, eux-mêmes symboliques de l’inévitable illusion qui fonde tout couple : celle qui nous fait croire que l’on (re)connaît l’autre. L’illusion est vraiment le maître-mot de cette histoire, jusqu’à son dénouement.

Comme dans Quelques mois à l’Amélie, Jean-C. Denis creuse ici du côté des failles identitaires, dans un récit tout en douceur, un peu vaporeux. Son trait épais ne laisse pas beaucoup de place au mouvement, et cette impression de statisme est renforcée par un découpage très classique, très régulier. On finit par entendre le lent et lourd mouvement du balancier de l’horloge, qui ne nous dit pas «souviens-toi» (le temps ici n’est rien), mais qui nous hypnotise.

La Beauté à domicile est sans doute moins enthousiasmant que Quelques mois à l’Amélie, parce que sa trame narrative est plus fragile. Mais il n’en demeure pas moins «captivant», «charmant», au sens premier.


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 23/06/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Luc Leroi : Toutes les fleurs s'appellent Tiaré
       de Jean-C. Denis
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd