L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 octobre 2018
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Science-fiction  
 

Le retour d’une saga passionnante
Didier Convard   Christian Gine   Finkel (tome 7) - Corruption
Delcourt - Terres de légendes 2005 /  12.50 € - 81.88 ffr. / 48 pages
ISBN : 284055898X
FORMAT : 23 x 33 cm
Imprimer

Sur les Trois Grandes Terres, les enfants-rêves sont atteints d’un mal étrange, la maladie du corail, qui s’étend de jour en jour. Ni vraiment poissons, ni vraiment humains, les enfants-rêves sont des éternels apatrides, des êtres entre deux stades, dont l’existence est le produit d’une maladie vieille de trois siècles. Pour les soigner, la Feder Compagnie achète des doses de liqueur d’existence, extraite par les moines siges des coraux qui entourent leur île de Stolkin. Mais la liqueur d’existence vient à manquer et le peuple commence à se révolter contre la Feder Compagnie qui laisse mourir ses enfants. Une solution inespérée pourrait pourtant venir de l’un de ces enfants-rêves, aperçu aux confins de l’archipel des Méandres, et qui semble avoir atteint la « mutation finale » puisqu’il est capable de vivre dans l’eau. La Feder Compagnie espère pouvoir retrouver l’enfant et étudier son métabolisme, dans le but de rendre possible la mutation finale pour tous les enfants-rêves, et les sauver ainsi.

Pour cette mission dont l’enjeu est énorme, la Feder fait appel au moine sige Bérith, doué de certains pouvoirs (c’est un « happeur », capable de « happer » l’esprit des personnes alentour), et au marin lige Finkel, ancien recteur de la Feder, remercié quelque temps plus tôt et réintégré pour l’occasion. Mais le peuple des Nek’Amas fait tout ce qu’il peut pour que cette mission échoue : ces ennemis de la Feder veulent eux aussi récupérer l’enfant ; comme l’explique le Prévôt de la Feder à ses deux missionnés dans le premier tome : « la puissance qui s’approprierait cet enfant pourrait prétendre à la suprématie totale sur toutes les Terres… La Feder qui œuvre pour le salut de l’humanité et le Saint Commerce doit protéger ce petit mutant. » C'est ainsi une véritable guerre qui commence...

C’est une série de science-fiction de très grande qualité que signent Christian Gine et Didier Convard (les papas de Neige). Après près de quatre ans d’absence (pendant lesquels Convard n’a pas chômé puisqu’il a notamment scénarisé Le Triangle Secret), Finkel revient. Ce septième tome poursuit une intrigue très riche, qui n’a cessé de prendre de l’ampleur au cours des six premiers albums. Les thèmes qui sous-tendent Finkel sont très forts : comme dans Neige, l’histoire se situe ici dans un univers clos, où l’homme se bat d’une certaine manière contre les éléments, du moins contre une nature qui l’oblige à s’adapter. Comme dans Neige aussi, c’est l’intervention de l’homme qui se trouve être à l’origine des problèmes liés à son environnement. Ici, dans un monde dominé par l’élément aqueux et où le commerce est élevé au rang de religion, l’homme est condamné à muter pour survivre.

La quête de Finkel et du moine Bérith, pleine de rebondissements, se double d’une réelle aventure humaine, où le lecteur découvre peu à peu la nature de la relation entre les deux hommes. La dimension initiatique de Finkel n’est pas non plus négligeable. Les personnages de la série ont une réelle épaisseur, et le dessin vif de Christian Gine illustre avec brio l’univers imaginé par Convard. Histoire atemporelle, onirique, humaniste, la saga de Finkel ravira les amateurs d’une bande dessinée imaginative et généreuse. La qualité des dialogues est aussi pour beaucoup dans le plaisir global que procure cette série. La parution de ce septième tome est donc l’occasion de relire d’une traite l’ensemble des tomes déjà disponibles. Une vraie réussite !


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 06/05/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Triangle secret (tome 6)
       de Didier Convard , Denis Falque , Christian Gine , André Juillard , Pierre Wachs
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd