L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 20 février 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Chroniques - Autobiographie  
 

D’un seul blog
Lewis Trondheim   Les Petits Riens (tome 1) - La Malédiction du parapluie
Delcourt - Shampooing 2006 /  12.90 € - 84.5 ffr. / 128 pages
ISBN : 2-7560-0411-1
FORMAT : 14x20 cm
Imprimer

Le premier volume des Petits Riens ne surprendra pas les fans de Lewis Trondheim, qui ont pu en lire les planches au fur et à mesure de leur réalisation sur le site de l’auteur. Mais les relire d’une traite permet de restituer à l’œuvre sa cohérence : 128 pages de réflexions plus ou moins pertinentes sur un quotidien de dessinateur.

Lewis Trondheim travaille dans le prolongement de ses autres récits autobiographiques, et en particulier de ses Carnets de bord, publiés à L’Association : les festivals et les voyages lui servent de principal support, tandis que quelques soucis familiaux, autour des enfants et des animaux domestiques, apportent une touche de régularité. Mais l’expérience du blog lui permet aussi de se donner de nouvelles contraintes, un format fixe et un ton un peu différent. De la même façon qu’un nouvel éditeur (c’est la première fois qu’il publie chez Delcourt un ouvrage autobiographique) le ramène à des formes connues, soi-disant plus « grand public ». Il ne s’agit plus simplement, comme dans les Carnets, de représenter des impressions à l’improviste, « garanties sans tipp-ex », mais plutôt d’imiter la forme du journal intime en la transfigurant : le dessin est donc soigné, les couleurs nettes, la planche se conclut souvent par une apparence de gag. Reste le fond d’un quotidien a priori mal conçu pour l’épique ; de véritables « petits riens », une absence d’aventure comme d’introspection sur laquelle Trondheim applique, malgré tout, les finitions d’une forme comique. Le voilà qui discute avec sa femme de la légitimité d’une chemise à manches courtes sur un t-shirt quand on porte un gilet. Ou qui, farceur, annonce à une file de fans attendant leur dédicace de Guarnido que celui-ci a annulé sa venue.

Le personnage de Lewis Trondheim (et sa famille) est donc le seul point commun de ces saynètes : l’homme au bec de rapace n’est toujours pas tendre avec lui-même et se dépeint comme un paranoïaque, gamin et hypocondriaque. Il établit une petite philosophie du ridicule, où toute intervention sérieuse est finalement traitée avec un recul ironique, et où toute tentative de prise de distance se transforme en initiative dérisoire. Rien n’a de sens, sinon le goût de la pirouette finale. La conscience de Trondheim aura le dernier mot, jugement sur un héros entre le personnage fictif et le narrateur à la première personne. Cet autoportrait se décline sur des aventures distinctes, courtes sagas (les chatons donnés par Joann Sfar ou la fameuse « malédiction du parapluie ») et gags indépendants. Il n’est même plus question pour lui de chercher à progresser, comme dans Approximativement : ce Lewis-là ne semble pas plus prêt à changer à un bout du recueil qu’à l’autre.

On quitte ici les running gags et la narration sous-jacente au blog de Frantico (le livre dont Trondheim est peut-être le héros...) : difficile de cerner une architecture sous ces planches qui se suivent sans ordre apparent. Quelques points de repères parsèment le recueil, comme le grand prix de la ville d’Angoulême en janvier dernier, mais ils sont au fond traités au même titre que n’importe quel fait divers. Le fait divers comme gag, et la vie comme fait divers, voici le nouvel enjeu pour Lewis Trondheim. Une façon d’intégrer les blogs et leurs genres à la diversité de la bande dessinée papier.


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 14/11/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les formidables aventures de Lapinot (tome 8)
       de Lewis Trondheim
  • Donjon Zénith (tome 5)
       de Joann Sfar , Lewis Trondheim , Boulet

    Ailleurs sur le web :
  • Les petits riens de Lewis Trondheim
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd