L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 24 mai 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Policier - Thriller  
 

Addictif
Fabien Vehlmann   Gwen de Bonneval    Tanquerelle   Fred Blanchard   Le Dernier Atlas (tome 1)
Dupuis 2019 /  24.95 € - 163.42 ffr. / 232 pages
ISBN : 9782800171166
FORMAT : 21x28 cm
Imprimer

Ismael Tayeb est un truand, du genre pas commode, lieutenant sans états
d’âme d’un caïd nantais… Un homme à poigne, qui sait se faire obéir et ne
rechigne pas devant la violence. Mais un lieutenant dans l’âme, qui ne
convoite pas le pouvoir du chef, et accomplit fidèlement ses missions, un
voyou fiable en somme. Et lorsque Legoff, alias Dieu le père, le chef du
réseau, débarque brutalement en France pour faire la nouba, c’est Tayeb qui
s’occupe du problème. Car Legoff, truand recherché et caché en Algérie,
n’est pas discret. L’intervention de Tayeb lui sauve la mise, mais elle
attire sur lui le regard du chef… lequel lui propose une mission :
retrouver la pile nucléaire d’un Atlas, ces géants de métal fabriqués en
France dans les années soixante pour la construction. Des robots immenses,
qui nécessitaient l’énergie nucléaire et un équipage, des légendes de
l’histoire française, mis au rebut après des accidents. Tayeb part en Inde
sur la trace d’une de ses épaves… mais avec une autre idée en tête : le
ranimer, le remettre en marche, et l’utiliser contre une menace inconnue.
Car en 2018, dans le désert algérien, une structure étrange venue de
l’espace est en train de s’animer, hypnotisant les animaux, contaminant les
humains… une menace, indéniablement, capable de modifier jusqu’à l’ADN
humaine. Et face à cela, peut-être le seul espoir est-il ce dernier des
Atlas. Encore faut-il le réveiller…

Polar noir, drame social, thriller mafieux, pamphlet antimondialisation et
récit de SF dans une France uchronique… Ce Dernier Atlas s’annonce
comme un mélange réjouissant des genres, à mi-chemin entre Scarface
et Le Géant de fer. Une ambiance étonnante et extrêmement addictive,
où l’on passe des problèmes de territoire des gangs nantais à une menace
venue d’ailleurs. Au scénario, que du lourd : Vehlmann, de Bonneval et
Tanquerelle ont mélangé, avec efficacité et élégance, les genres, les
styles, les atmosphères, les références. Le résultat est bluffant et les
intrigues se superposent parfaitement, sans lourdeur. On se demande tout à
la fois comment Taleb va s’en sortir, comment cette ruine de dernier Atlas
va-t-elle s’animer, et qu’est ce qui se passe dans le désert algérien, qui
contamine bêtes et hommes ? Rien de lourd dans ce récit très
cinématographique, où tout s’enchaîne impeccablement, servi par le pinceau
de Blanchard. Le dessinateur a su donner à l’album cette ambiance un peu
classique des polars français des années soixante dix, des films de truands
dans des décors urbains, des banlieues maussades ou bien des villas bling
bling. Et surtout, chaque personnage est comme casté, avec un style, et une
tête de l’emploi. Une série en forme d’hommage à la culture française des
années soixante et soixante dix, dont les tonalités rouges, noires et ocres
(pour le désert) rappellent le cinéma d’alors.

Il y en a pour tous les goûts en somme, dans cette série très prometteuse :
du polar comme de l’anticipation, des affaires de voyou comme de la SF.
L’hommage, dès la couverture, à la belle époque du cinéma français, ainsi
que les multiples références cinématographiques séduira les générations de
lecteurs plus anciens, cinéphiles autant que bédéphiles. Mais plus
globalement, tous ceux qui cherchent un album original, au style et à
l’intrigue ambitieuse, qui sait jouer des codes de l’intrigue sans jamais en
abuser, apprécieront ce Dernier Atlas et sa galerie de truands hauts
en couleurs.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 02/05/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd