L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 20 avril 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Aventure  
 

La fin des légendes
 Appollo   Lewis Trondheim   Île Bourbon 1730
Delcourt - Shampooing 2007 /  16.50 € - 108.08 ffr. / 288 pages
ISBN : 9782756006567
FORMAT : 14x20 cm
Imprimer

Il n’y a encore pas si longtemps, lorsque Lewis Trondheim annonçait qu’il arrêtait de dessiner - pour ainsi échapper au désœuvrement qui guetterait tout artiste - Appollo lui écrivait un mail en regrettant ce choix d’autant que, lui précisait le scénariste, le père de Lapinot n’aura jamais eu l’occasion de travailler sur une histoire de pirates… Et une histoire de pirates, Appollo en a une dans ses cartons… Il n’en faut pas beaucoup plus pour relancer la machine Trondheim et titiller son crayon. Près de 300 planches plus tard – jolie moyenne pour quelqu’un censé avoir pris sa retraite – voilà donc Île Bourbon 1730, magnifique récit de flibuste sans pirates, de trésor caché sans carte, et de figures légendaires qui s’éteignent peu à peu. Grande bande dessinée ambitieuse, mais pas prétentieuse, qui revient avec autant de légèreté que de sérieux sur une période de l’histoire de l’île de la Réunion, alors dite Bourbon. C’est alors un monde en pleine mutation, une période charnière, lorsque les pirates sont pendus et d’autres amnistiés, les esclaves en fuite ou prisonniers, et les colons régnant en nouveaux maîtres sur ce petit univers aux paysages paradisiaques.

Ce récit fleuve aux allures de feuilleton d’époque épique commence lorsque le Chevalier Despentes de Paris débarque sur l’île. Ornithologiste passionné, il est ici à la recherche du légendaire Didus Ineptus, communément appelé Dodo. L’animal est en voie d’extinction tout comme les pirates qui ont fait la légendaire renommée de l’île Bourbon et de l’Océan Indien qui l’entoure. L’un des derniers flibustiers, La Buse, vient d’être emprisonné et son exécution est pour bientôt, pour l’exemple. Les autres corsaires ont déserté les mers, ont déposé les sabres ou se sont réfugiés dans les montagnes, d’autres encore ont été amnistiés et sont devenus des notables influents de la région. Tout cela déçoit fortement l’assistant de Despentes, le jeune Raphaël Pommery, pour qui les oiseaux sont moins dignes d’intérêt que les pirates qui l’ont toujours fait rêver et l’ont poussé à débarquer sur l’île. Le jeune homme ne se lasse en effet pas d’écouter les récits de trésors cachés, de corsaires sanguinaires et d’abordages endiablés. Sur Bourbon, même si les vrais pirates se font rares, l’aventure reste tout de même au coin de la jungle, et c’est pour tous le début d’une suite d’événements marquants et de péripéties dramatiques fortes…

À la fois récit d’apprentissage, roman héroïque et épopée historique, Île Bourbon 1730 est une incontestable réussite, emportant son lecteur dans une grande saga romanesque pleine de souffle et de surprises. Le scénario concocté au fil des pages par Appollo vogue élégamment entre différents registres, entrechoquant humour et drames humains, mélangeant la fiction à des faits historiques précis, faisant cohabiter personnages réels et inventés. L’album est d’ailleurs complété par des notes érudites permettant d’approfondir la lecture et d’en savoir un peu plus sur le contexte de l’époque. L’ensemble est voilé d’une certaine amertume : c’est la fin d’une ère et une société plus moderne – mais tout aussi barbare et violente- est en marche, faisant des grandes épopées des pirates de jadis des contes pour enfants sages.
Très riche, l’album multiplie les personnages forts, donnant à chacun une belle présence, et faisant des seconds rôles des héros. Les auteurs prennent ainsi le temps de développer leur récit, confrontent les points de vue, et s’attardent sur quelques scènes relevant a priori de l’anecdote mais venant chaque fois étoffer un peu plus le contexte historique.

Graphiquement, Trondheim démontre qu’il en a encore sous la main ; loin d’être tarie, son inspiration de dessinateur (et de raconteur) reste d’une incomparable évidence. Ici, le trait, revient en force, seul et débarrassé des couleurs, foisonnant, emporté et ne jouant pas l’économie. Trondheim excelle et étonne encore : avec (son) style, il suggère la force des éléments, la luxuriance d’une jungle ou la rocailleuse texture d’un sol. Les complexes mis de côté, le dessin vibre, prend de l’épaisseur et emporte le lecteur dans une fougue inédite (et que la couverture de l’album, un peu pataude, ne laissait pas présager). Il y a du cœur et de la passion derrière ces planches qui font d’ores et déjà partie de ce que le dessinateur Trondheim a produit de meilleur.

Après le magnifique Maître de Ballantrae (et la série Pirates des Caraïbes au cinéma), Île Bourbon 1730 renouvelle à son tour avec talent un genre qui avait tout de moribond et dont on pensait avoir tout vu. Lancez-vous à l’abordage !


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 20/02/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Biotope (tome 1)
       de Appollo , Brüno
  • Les Petits Riens (tome 1)
       de Lewis Trondheim
  • Le Maître de Ballantrae
       de Hippolyte
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd