L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 25 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Les grands classiques  
 

Il était une fois dans l'Ouest
 Jijé   Jerry Spring – L’Intégrale (tome 1) - 1954 – 1955
Dupuis 2010 /  24 € - 157.2 ffr. / 240 pages
ISBN : 978-2-8001-4501-3
FORMAT : 30x23 cm
Imprimer

Joseph Gillain dit Jijé est le grand oublié parmi les géants de la bande dessinée belge. Si certains connaisseurs continuent de vouer un culte à cet artiste majeur, le grand public a complètement occulté l'existence de celui qui fut le chef de file de l'école dite « de Marcinelle », et le mentor de toute une génération d'auteurs, parmi lesquels Franquin, Morris et Giraud.
Dessinateur virtuose, Jijé laissa derrière lui une œuvre riche et éclectique, s'étendant du domaine de l'humour (Blondin et Cirage, mais aussi la reprise de Spirou, qu'il légua à Franquin après avoir créé le personnage de Fantasio) au domaine réaliste, son terrain de prédilection.

C'est à celui-ci qu'appartient la série majeure de sa bibliographie. Jerry Spring, avant Blueberry et Comanche et face au fantaisiste Lucky Luke, est le premier grand western réaliste de la bande dessinée francophone. Comme le personnage de Morris (avec qui il cohabitait dans les pages du Journal de Spirou), Jerry est un cow-boy redresseur de torts. Accompagné de son cheval, Ruby, et de son meilleur ami, le Mexicain Pancho, il parcourt l'Ouest légendaire, peuplé de desperados, d'Indiens et de demoiselles en détresse. La psychologie du héros est lisse et ses aventures classiques, mais peu importe : l'intérêt de Jerry Spring réside avant tout dans le dessin, l'atmosphère et la narration. Dès la première scène, qui raconte la rencontre entre Jerry et Pancho autour d'un feu de camp, la série s'impose comme un incontournable.
Depuis de nombreuses années, les aventures du « splendide cavalier » n'étaient plus disponibles que dans l'intégrale Tout Jijé : une collection réservée aux aficionados, compilant de façon exhaustive et chronologique toute l’œuvre de l'auteur (à l'exception de Tanguy et Laverdure et Barbe-Rouge, publiés chez Dargaud). La nouvelle vague d'intégrales lancée ces dernières années par Dupuis donne enfin l'occasion à l'éditeur d'offrir l'écrin qu'il mérite à ce fleuron de son catalogue.

En effet, l'objet est superbe. La maquette et la fabrication, dans la lignée des volumes de Gil Jourdan et Docteur Poche parus dernièrement, sont très soignées. Un dossier de 30 pages, intéressant et richement illustré, revient sur la naissance du personnage (imaginé par Jijé à la demande de Charles Dupuis pour remplacer la série américaine Red Ryder) et sur la collaboration entre le dessinateur et Rosy, scénariste du second épisode. Sont reproduits pour chaque tome (soit les 4 premières histoires, réalisées entre 1954 et 1955), les illustrations promotionnelles parues dans Spirou et la maquette originale de l'album.
Mais ce qui donne tout son intérêt à cette nouvelle édition, c'est ce parti-pris audacieux : au risque de s'aliéner une partie du public, l'éditeur a choisi de reproduire les pages dans leur version noir et blanc, respectant en cela la préférence de l'auteur qui détestait la couleur. Présenté ainsi, le trait de Jijé retrouve une énergie et une vitalité éclatantes. On redécouvre avec enchantement le talent du maître, l'élégance du pinceau, la maîtrise du clair-obscur héritée de Milton Caniff, et on comprend la frustration qu'a pu ressentir le dessinateur à l'époque tant la comparaison avec la version couleur connue jusqu'ici est sans appel. Prisonnier depuis toujours d'une mise en couleur malheureuse, Jerry Spring semble galoper librement pour la première fois.


Michaël Bareyt
( Mis en ligne le 04/10/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Tout Jijé (tome 17)
       de Jijé
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd