L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 18 août 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Moyen-Age  
 

Des hérétiques, des juifs et des sarrasins selon Pierre le Vénérable.
Dominique Iognat-Prat   Ordonner et exclure
Flammarion - Champs 2003 /  10.20 € - 66.81 ffr. / 508 pages
ISBN : 2-08-080101-5
FORMAT : 11x18 cm

L'auteur du compte rendu : Claire Angotti enseigne l'histoire médiévale à l'Université de Paris IV-Sorbonne en tant qu'attachée temporaire d'enseignement et de recherche. Chercheur associée à la Bibliothèque nationale de France, elle achève une thèse d'histoire médiévale à l'École Pratique des Hautes Études (IVe section).
Imprimer

L'ouvrage de D. Iogna-Prat, Ordonner et exclure, paraît aujourd'hui au format de poche, dans la collection Champs-Flammarion. Résultat d'une thèse d'habilitation, cet ouvrage, désormais à la portée de tous, est un travail remarquable d'analyse qui s'inscrit dans les problématiques actuelles de l'histoire des mentalités.

Pour saisir l'objet d'étude de l'auteur, il faut se pencher sur le sous-titre de l'ouvrage : Cluny et la société chrétienne face à l'hérésie, au judaïsme et à l'islam (1000-1150). L'auteur fonde sa réflexion sur trois des ouvrages fondamentaux de Pierre le Vénérable, neuvième abbé de Cluny (1122-1156). L'ouvrage est constitué de trois grandes parties : la première (chapitres 1 et 2) traite de l'institution clunysienne et du rôle joué par l'abbaye dans la chrétienté des XIe et XIIe siècles. La deuxième partie (chapitres 3 à 8) s'attache à l'étude précise du Contra Petrobrusianos, rédigé en 1139-1140, par l'abbé de Cluny pour combattre l'hérésie enseignée par Pierre de Bruis vers 1119-1120 et qui trouve un certain écho dans le Sud Est du royaume (les archevêques d'Embrun, d'Arles, les évêques de Die et de Gap sont les dédicataires de ce traité). La troisième partie (chapitres 9 à 12) intitulée "l'universalisme chrétien" porte sur deux autres traités de Pierre le Vénérable : d'abord l'Adversus Judeos, composé vers 1143-1144, (finement analysé dans le chapitre 10, au titre volontairement provocateur et signifiant de "Les juifs appartiennent-ils à l'espèce humaine ?") puis le Contra Sectam Sarracenorum, composé v. 1156 et dont l'ambition est de débattre avec les tenants de l'Islam, objet du chapitre 11.

Revenons plus précisément sur la démonstration de l'auteur : D. Iogna-Prat s'efforce de démontrer comment Cluny, qui n'est pas encore, à proprement parler, un ordre religieux, se constitue peu à peu en "une Église monastique dans l'Église", qui tend, au cours des XIe et XIIe s. à s'identifier à l'Église universelle et à développer un lien spécial, parfois générateur de difficultés pour le monastère, avec Rome. Les abbés de Cluny considèrent donc qu'ils ont, eux aussi, une certaine autorité spirituelle sur la chrétienté : Pierre le Vénérable s'inscrit parfaitement dans cette tradition. C'est pourquoi, d'après D. Iogna-Prat, le système ecclésial développé par Cluny et auquel adhèrent ses abbés est aussi générateur d'une pastorale qui prend une forme systématique dans l'œuvre de Pierre le Vénérable. Ce dernier se donne pour tâche de défendre la chrétienté contre ses ennemis intérieurs et extérieurs : d'un côté les hérétiques, de l'autre les juifs et les sarrasins.

L'auteur souligne que la méthode employée par Pierre le Vénérable est originale par bien des aspects : il s'efforce en effet, face aux hérétiques, de recourir à l'argumentation et met au point un raisonnement fondé sur les méthodes de la scolastique. D. Iogna-Prat analyse alors très précisément la structure du Contra Petrobrusianos : chacune des propositions hérétiques fait l'objet d'une réfutation systématique de la part de Pierre le Vénérable et correspond aux chapitres 5 à 8. C'est un moyen, comme le démontre l'auteur, pour le polémiste chrétien, de bâtir, en creux, une réflexion ecclésiologique méthodique : il affirme ainsi (chapitre 5) l'importance du baptême et des lieux de culte puis démontre que le sacrifice du Christ est aux fondements de l'Église et justifie de ce fait la dévotion portée à la Croix et le rôle essentiel du sacrifice eucharistique (chapitre 6). Dans le chapitre 7, il passe à la défense de l'aide aux défunts – sur laquelle Cluny a bâti sa puissance - et insiste, dans le chapitre 8, sur le bien fondé des rituels tels que les chants et la musique liturgiques. Pierre le Vénérable a pour objectif de fournir des instruments rationnels susceptibles de convaincre les hérétiques : l'avenir de ce procédé est nul, comme le rappelle D. Iogna-Prat, puisqu'un demi siècle plus tard, l'hérésie n'est plus discutée mais violemment attaquée par les tenants de l'orthodoxie.

Réfléchissant sur ce qui est propre à la religion chrétienne, bâtissant en quelque sorte une identité collective, l'abbé de Cluny est conduit à exclure tous ceux qui ne s'y conforment pas. D. Iogna-Prat démontre que Pierre le Vénérable contribue à la constitution d'une "société d'exclusion". L’abbé emploie des méthodes nouvelles lorsqu'il polémique contre les juifs et les sarrasins. Il commande, pour la première fois chez un auteur de l'Occident chrétien, des traductions du Talmud et du Coran sur lesquelles il souhaite bâtir une argumentation rationnelle efficace. Or, souligne D. Iogna-Prat, ces traductions sont extrêmement imparfaites (cas du Coran) et Pierre le Vénérable ne parvient pas à saisir le statut véritable des textes qu'il a en main dans les religions incriminées ; son incompréhension en devient même parfois comique (cas du Talmud). Bref, l’auteur démontre que l'abbé de Cluny est incapable de comprendre une réalité qui lui est étrangère. Cette activité de polémiste fournit surtout à Pierre le Vénérable l'occasion d'élaborer à la fois "une sociologie du christianisme et une anthropologie".

D. Iogna-Prat, s'il se concentre sur trois textes principaux, maîtrise l'ensemble de l'œuvre de Pierre le Vénérable et appuie sa démonstration en citant précisément des extraits de l'importante production de l'abbé de Cluny (le De miraculis, la Summa heresis Sarracenorum, mais aussi divers opuscules, lettres et sermons). La langue est parfois difficile mais la démonstration reste convaincante et, le plus souvent, brillante. On regrettera le choix de l'éditeur qui reporte les notes, souvent éclairantes, en fin d'ouvrage, ce qui rend malaisée leur consultation systématique. Deux index offrent toutefois la possibilité au lecteur de retrouver les citations scripturaires employées par l'abbé de Cluny et les personnes, lieux et principaux thèmes abordés dans l'ouvrage.

Malgré la technicité des questions abordées, l'auteur a pour ambition de s'adresser à tous ceux qui sont intéressés par la question brûlante de la diabolisation de l'autre, particulièrement prégnante de nos jours : il montre que l'Occident chrétien des XIe -XIIe s. en est, en partie, à l'origine. Un ouvrage qui explore "les origines lointaines de nos propres intolérances" est ainsi à mettre entre toutes les mains.


Claire Angotti
( Mis en ligne le 14/05/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Occident médiéval face à l'Islam
       de Philippe Sénac
  • Les Sarrasins
       de John Tolan
  • Histoire des hommes de Dieu
       de Dominique Iognat-Prat , Gilles Veinstein
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd