L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 13 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 

Les institutions dans tous leurs États
Roland Mousnier   Les Institutions de la France sous la monarchie absolue - 1598-1789
PUF - Quadrige 2005 /  35 € - 229.25 ffr. / 1253 pages
ISBN : 2-13-054836-9
FORMAT : 14x21 cm

L'auteur du compte rendu : Rémi Mathis est élève à l'Ecole Nationale des Chartes. Il prépare une thèse sur Simon Arnauld de Pomponne sous la direction d'Olivier Poncet (ENC) et Lucien Bély (Paris IV).
Imprimer

Quand une réédition d’un ouvrage aussi fondamental que les Institutions de la France de Roland Mousnier voit le jour, le critique peut se demander ce qu’il reste à dire d’un tel classique. En 1974 paraît donc aux PUF le résultat d’un immense travail, le résumé d’une vie de recherche de la part de M. Mousnier (1907-1993), professeur à la Sorbonne et membre de l’Institut, aujourd’hui repris dans la collection Quadrige Manuels des mêmes Presses Universitaires de France.

Dès l’introduction, l’auteur précise ce qu’il entend par «institutions» : il s’agit d’une idée directrice mise en œuvre, selon des procédures déterminées, par un groupe d’individus et ce quelle que soit la durée de vie de l’institution. Cette importance accordée à ceux qui mettent en œuvre et donnent leurs forces à ces institutions amène Mousnier à se rapprocher de l’histoire sociale : les hommes créent les procédures qui, en retour, façonnent les individus et leur comportement. L’histoire institutionnelle est d’abord une histoire des interactions entre les hommes, une histoire de l’influence réciproque entre État et société. C’est ainsi tout un programme de recherche que prévoit l’auteur dans sa préface sur le statut social, économique de ces personnes ainsi que sur leur influence. Certes il ne s’agit que d’un programme : l’auteur regrette que les monographies correspondantes manquent mais bien des travaux sont allés dans ce sens depuis, nous éclairant sur certaines groupes sociaux et Roland Mousnier déjà a tenté de réaliser partiellement ce programme ou du moins d’avoir ces problématiques en tête en rédigeant son ouvrage. Il ressort de tout cela une définition très vaste de l’institution qui est comprise comme aussi bien sociale qu’administrative ou politique.

Le plan reflète bien entendu ces conceptions. Le premier livre traite ainsi de la constitution sociale de l’État qui passe par les lignages, les fidélités, les corps, les ordres et les communautés. Ce n’est que dans un deuxième temps que R. Mousnier passe à l’étude de l'État proprement dit, émanation de cette société, et à celle des moyens dont dispose ce dernier. La deuxième partie est plus classique, reprenant un à un les divers rouages de l’État royal, en commençant par le roi lui-même avant d’étudier ce que l’auteur appelle la «fonction publique» (officiers, commissaires, fermiers…), les conseils, les juridictions, les fermes, les commissaires et les pré-fonctionnaires.

On ne peut trop souligner la largeur des vues présentes dans ce livre, l’extraordinaire érudition de son auteur ni la richesse de l’ouvrage qui met en place toute la toile de fonds, permettant de comprendre la France d’Ancien Régime. L’ouvrage est donc un classique, il constitue la base de ce qu’un étudiant doit savoir sur la société des Temps Modernes. Mais il a plus de trente ans : il est par conséquent dommage qu’il s’agisse d’une réédition pure et simple, notamment pour les bibliographies présentées à la fin de chaque chapitre qui ne peuvent dès lors qu’être dépassées. Il convient donc de compléter la lecture indispensable de ce livre par celle d’autres ouvrages plus récents ou plus spécialisés et qui doivent souvent beaucoup à R. Mousnier, comme le manuel de M. Barbiche sur les institutions de la monarchie (PUF, 1999, 2e éd. 2001). En outre, ce livre n’est peut-être pas celui que tout amateur d’histoire lira ; il demeure un livre d’érudition qui peut paraître au premier abord un peu aride, même si l’attention sans cesse prêtée aux hommes à travers l’étude des institutions en rend la lecture moins ardue. En revanche les étudiants trouveront là un usuel dont ils feront grand usage et, plus généralement, tout moderniste y trouvera des renseignements d’une immense utilité. Le prix accessible auquel il est proposé (compte tenu de sa taille) favorisera son achat par les petits budgets.

Ce manuel d’une réjouissante grosseur est de ceux que les historiens consultent autant qu’ils le lisent, tant il est riche d’analyses et de renseignements. Il est depuis trente ans un classique et demeure une référence obligée pour tous les modernistes.


Rémi Mathis
( Mis en ligne le 03/08/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd