L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 14 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 
Splendeurs et misères du XVIIe siècle
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Le Chancelier Séguier (1588-1672)
La Santé de Louis XIV
Louis XIV
Les Oisivetés de Monsieur Vauban
Fontenelle et l'invention de l'histoire des sciences à l'aube des Lumières
Politique, guerre et fortification au Grand Siècle
Monsieur de Saint-Simon
Louis XIV
Vauban
Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV
Vauban
Sauver le Grand Siècle ?
L'Intendance de Lorraine et Barrois à la fin du XVIIe siècle
Richelieu
La Maison médicale du Roi - XVIe-XVIIIe siècles
Le Versailles de Louis XIV
Le Roi, la cour et Versailles
Le Versailles de Louis XIV - Un palais pour la sculpture
André Le Nôtre
Louis XIV - Homme et roi
Le Roi-Soleil et Dieu
Alexandre Bontemps
Chamlay - Le stratège secret du Louis XIV
Louis XIV et vingt millions de Français
Colbert - La vertu usurpée
Régner et gouverner - Louis XIV et ses ministres
Louis XIV - L'Homme et le roi
Le Discours de vérité dans les Mémoires du duc de Saint-Simon
L'Année des quatre dauphins
Le Grand règne
L'Impôt du sang
Les Demeures du soleil
Richelieu
Colbert
Tourville
Une singulière famille
Le comte d'Argenson (1696-1764)
Stanislas Ier
Turgot
Mazarin
Colbert, marquis de Seignelay
la Monarchie entre Renaissance et Révolution
Le roi Stanislas
Colbert ou le serpent venimeux
Souvenirs du marquis de Valfons
Le Règne de Louis XIV (2 vol.)
Le Courrier du Roi en Orient
Crown, Church and Episcopate under Louis XIV
Splendeurs et misères du XVIIe siècle
Louis XIV à la conquête des Pays-Bas espagnols
Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV
Les Daliès de Montauban
Mémoires de Monsieur de Gourville
Michel Chamillart
Richelieu
Les Fastes de la renommée
Les Valets de chambre de Louis XIV
Etre femme au temps de Louis XIV
Chronique de la Fronde
Le Despotisme éclairé

Splendeurs et misères de l’édition
Pierre Goubert   - Mazarin - Louis XIV et vingt millions de Français
Fayard - Les Indispensables de l'Histoire 2005 /  20 € - 131 ffr. / 822 pages
ISBN : 2-213-62617-0
FORMAT : 14,0cm x 20,0cm

Dans la même collection :

Lever Evelyne, Les Dernières noces de la Monarchie. Louis XVI - Marie-Antoinette, Fayard, octobre 2005, 20 €, ISBN : 2-213-62619-7

Tulard Jean, Figures d'Empire. Murat - Fouché - Joseph Fiévée, Fayard, octobre 2005, 20 €, ISBN : 2-213-62714-2

Favier Jean, Un roi de marbre. Philippe le Bel - Enguerran de Marigny, Fayard, octobre 2005, 20 €, ISBN : 2-213-62649-9

Carrère d'Encausse Hélène, Russie, la transition manquée. Nicolas II - Lénine - Unité prolétarienne et diversité nationale, Fayard, octobre 2005, 20 €, ISBN : 2-213-62616-2

Weber Eugen, La France de nos aïeux. La fin des terroirs - Les imaginaires et la politique au XXe siècle, Fayard, octobre 2005, 20 €, ISBN : 2-213-62656-1

L'auteur du compte rendu : Rémi Mathis est élève à l'Ecole Nationale des Chartes. Il prépare une thèse sur Simon Arnauld de Pomponne sous la direction d'Olivier Poncet (ENC) et Lucien Bély (Paris IV).

Imprimer

On ne compte plus les éditions et rééditions de certains livres : Louis XIV et vingt millions de Français de Pierre Goubert a ainsi été réédité une bonne demi-douzaine de fois, été mis au format poche et est passé sous les aimables fourches caudines de France-Loisirs. Son Mazarin jouit d’une moins grande renommée mais ces deux livres méritent assurément leur rang de classiques : on ne peut que se réjouir de cette réédition.

Les éditions Fayard viennent en effet de créer une nouvelle collection où seront réédités des classiques de grands historiens : Favier pour le Moyen-Age, Carrère d’Encausse pour l’histoire contemporaine et bien d’autres… C’est donc Pierre Goubert qui à l’honneur d’être statufié comme représentant de l’histoire moderne. Il s’agit d’offrir deux (parfois trois) livres dans un format demi-poche pour un prix modique (20 euros) qui doit permettre son achat par tous, notamment par les étudiants. Technique marketing classique qui cherche à toucher un nouveau marché après avoir épuisé les autres : mais qui s’en plaindra ?

D’autant que Louis XIV et vingt millions de Français (1967) a été un tournant dans l’appréhension intellectuelle du Grand Siècle, en tant que première synthèse qui mettait en valeur la foule des travaux effectués sur le XVIIe siècle dans l’esprit de l’Ecole des Annales. Goubert utilisait pour la première fois les travaux alors novateurs de Chaunu, Le Roy Ladurie ou Mandrou, tous jeunes chercheurs de l’époque, devenus pontes d’aujourd’hui. Il mettait l’accent également sur les travaux étrangers, ceux «qui avaient le front de s’occuper du XVIIe siècle français et qui, par surcroît, le faisaient avec une compétence croissante et une liberté d’esprit généralement admirable» (p.468).

Le plan demeure, lui, classique : après avoir fait un bilan de la France de Mazarin, P. Goubert déroule la chronologie du règne dans trois parties (1661-1679 : le temps des hardiesses ; 1679-1689 : le temps du mépris, grandes options et grands changements ; 1689-1714 : le temps des épreuves). Enfin, dans une cinquième partie plus originale, sans doute, il dresse un bilan de la France en 1715 et de l’action du roi.

S’il a été vu comme un Louis XIV «de gauche», remarquons que la raison se situe plus dans les méthodes et les thèmes traités que dans les conclusions. Pierre Goubert – à l’inverse de certains biographes qui ont encensé le Grand roi d’une manière qui laissait transparaître des idées politiques – ne donne pas dans l’exagération, il ne tente pas de réduire les réussites et grandeurs du roi quand grandeur il y a. Seulement, il s’intéresse à ce dernier essentiellement dans ses interactions avec la société de ses sujets. Il n’hésite certes pas à remettre en cause des idées reçues dans un style plein de verve et d’humour («…au Conseil d’En-haut, où le Dauphin venait bailler de temps en temps…» - p.645) mais il écrit également avec modestie qu’étant donné les nouvelles voies de recherches qui s’ouvraient alors largement, un nouveau Louis XIV serait à récrire peu de temps après.

Son Mazarin est une biographie de grande valeur qui suit la montée en puissance d’un homme que rien ne prédisposait à faire carrière en France et encore moins à en devenir le principal ministre. Le plan est donc chronologique mais sait se ménager des pauses afin d’approfondir tel ou tel point important. Apprécions par exemple la seconde partie («Le premier quinquennat 1643-1647») qui fait le point de manière claire sur les souvent trop obscures questions financières, ainsi que le ralenti sur la Fronde (troisième partie : «Les années terribles (1648-1652») qui permet d’appréhender des enjeux de pouvoir emmêlés. Enfin, la cinquième partie («L’empreinte et l’héritage»), qui nous mène après la mort du cardinal, est le complément indispensable à la biographie stricto sensu, suivant le rôle de Mazarin dans la diffusion de l’art italien en France et examinant son influence politique qui s’est fait sentir longtemps après 1661.
Á sa sortie, ce travail était l'un des premiers à utiliser certaines études nouvelles (celles de M. Dessert et de Mme Bayard sur les financiers, par exemple), tout en ne négligeant pas, encore une fois, les historiens étrangers. On retrouve là encore le style vif et percutant, parfois ironique, de l’auteur.

Hélas, le travail de l’éditeur, une fois de plus – chez Fayard comme d’autres - manque. Certes, travail il y a dans l’élaboration de la maquette qui permet de redonner un coup de jeune à des ouvrages anciens. Hélas, il ne s’agit que d’une simple réédition (toutefois pas à l’identique puisqu’on a pu insérer des coquilles absentes de l’édition précédente !), sans aucune mise à jour des ouvrages. Il en résulte que les bibliographies sont dépassées et, de ce fait, à peu près inutiles. Louis XIV et vingt millions de Français n’a toujours pas d’index malgré le nombre de ses rééditions. On aurait aimé que l’auteur (ou même un autre historien) prenne acte des évolutions de l’historiographie depuis la parution de ces livres, que P. Goubert revienne sur ses idées pour les confirmer ou nous faire part de l’évolution de sa pensée (d’autant plus qu’il l’avait fait en 1991 : comme il aurait été intéressant de connaître les vues d’un grand historien sur son sujet de prédilection, en 1967, 1991 et 2005 !). C’est dommage ; mais tentons d’y voir une tentative d’abaisser les coûts et de rendre donc ces travaux abordables. On ne peut pas tout avoir !

Malgré ces réserves, ces deux ouvrages, à la fois pour leur importance historiographique et leur valeur intrinsèque, sont de ceux qu’il convient d’avoir lus (en les confrontant éventuellement à d’autres livres plus récents). Les étudiants en tireront grand profit pour leur réflexion personnelle et le curieux accèdera de manière agréable et rigoureuse aux secrets du Grand Siècle.


Rémi Mathis
( Mis en ligne le 24/11/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd