L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 20 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

''L'histoire est une écriture''
Marc Ferro   Isabelle Veyrat-Masson   Mes histoires parallèles - Entretiens avec Isabelle Veyrat-Masson
Carnets Nord 2011 /  20 € - 131 ffr. / 377 pages
ISBN : 978-2-355-36046-6
FORMAT : 14cm x 20,8cm
Imprimer

L’histoire est une écriture». Cet aphorisme de l’historien Marc Ferro dont la réputation excède les frontières hexagonales résume parfaitement l’ouvrage qu’il vient de réaliser avec Isabelle Veyrat-Masson et qui a été publié par les éditions Carnets Nord. Comme l’explique d’emblée Isabelle Veyrat-Masson qui fut l’une de ses élèves et qui le tutoie du début à la fin, ce livre présentant la vie de l’historien n’est pas une biographie ni même un livre de Mémoires. Il se situe «au croisement de ces genres».

Il s’agit en fait d’un livre d’entretiens avec un «témoin de ce XXe siècle qui n’en finit pas de subir les conséquences de la Grande Guerre». Né le 24 décembre 1924 à Paris, Marc Ferro a subi très tôt les affres de l’antisémitisme. Il a d’autre part perdu son père à l’âge de six ans. Du côté paternel, sa famille provient de Corfou. Ce sont «des Italiens de Corfou» qui «préféraient se dire grecs», alors que la famille de sa grand-mère venait d’Ukraine. Le jeune Ferro suit une scolarité normale. Puis, après les classes préparatoires, Marc Ferro prépare le certificat d'histoire-géographie à la faculté de Grenoble.

Le choix d’étudier l’histoire lui a très bien réussi puisqu’il est aujourd’hui directeur d’études à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales. En 1995, Jacques Le Goff disait de M. Ferro qu’il est «toujours jeune, frais, vif, intelligent, ouvert, profond, toujours historien, informé, authentique et de classe» ! Marc Ferro se qualifie comme un «observateur» et demeure conscient de ses limites. Au détour d’une page, il rappelle une anecdote amusante que lui a naguère narrée sa mère, modéliste chez un prestigieux couturier. Un jour, elle dut s’occuper de l’épouse d’un Président de la IIIe République, Madame Lebrun, qui était forte et hésitait entre deux robes. La mère de Marc Ferro lui conseilla d’opter pour la robe qui lui allait, et non pas pour celle qui lui plaisait. Cette idée, raconte l’historien, le suivra et le guidera dans la détermination de ses objets d’étude.

Plus loin, Marc Ferro explique qu’il est entré dans un réseau de Résistance pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il avoue à cet égard que le fait de savoir si le réseau était communiste ou bien gaulliste ne lui importait pas à l’époque. C’était une pure question d’opportunité. Le seul objectif de cet engagement était de chasser les Allemands hors de France. Pour ce qui est des miliciens, selon lui, «il y avait des degrés de répugnance». Ensuite, M. Ferro évoque sa participation au maquis dans le Vercors, où les civils côtoyaient les militaires. A propos de la guerre d’Algérie, il admet se sentir meurtri. Il penchait en effet pour une «co-souveraineté» et il regrette l’échec de la SFIO.

Avec franchise, Marc Ferro indique qu’il a échoué à l’agrégation cinq ou six fois. Il revient également sur ses recherches sur l’URSS, dont certaines n’ont atteint le grand public qu’au cours des années 2000. Edwy Plenel avait en effet fait publier certains de ses articles dans Le Monde. Sa rencontre avec le fondateur des Annales Fernand Braudel fut capitale. Pour Marc Ferro, l’esprit des Annales, c’est une histoire économique et sociale ainsi que parallèlement le refus d’une histoire exclusivement orientée vers l’événementiel. Marc Ferro a par ailleurs fait œuvre novatrice puisqu’il a créé la discipline «Cinéma et Histoire», et animé une émission télévisée, «Histoire parallèle». Son passé d’éditeur est lui aussi abordé dans ce livre d’entretien.

Ce sont ces milles vies que l’historien raconte dans cet ouvrage. Passionné par les deux guerres mondiales, Marc Ferro conclut en avançant que «l’histoire sert surtout à prévenir le retour des catastrophes», catastrophes dont il a été le témoin durant le XXe siècle.


Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 17/05/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Ressentiment dans l'Histoire
       de Marc Ferro
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd