L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 27 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

Retour à la Révolution
Ludivine Bantigny   Révolution
Anamosa  - Le Mot est faible 2019 /  9 € - 58.95 ffr. / 99 pages
ISBN : 979-10-95772-57-6
FORMAT : 10,1 cm × 19,2 cm
Imprimer

. «Le sort réservé au mot révolution est une façon de l'essorer : certains s'en emparent, le font tourner dans tous les sens pour l'évider» écrit Ludivine Bantigny, et c'est bien ce qu'elle compte combattre dans son petit livre, Révolution, paru dans la prometteuse collection ''Le mot est faible'' aux éditions Anamosa.

A l'heure où les gouvernements rejouent la panoplie orwellienne de 1984 à chaque intervention d'un de leur membres, où l'on substitue la mémoire civique à la science historique, où l'on sacrifie la vérité, le doute et la pluralité au fact checking et où la mauvaise foi, les sophismes, la rhétorique mesquine et l'incohérence intellectuelle des BHL et autres Soral sont en passe de devenir les normes officielles de la logique : à l'heure où «les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît» est devenu un commentaire de consternation et plus d'étonnement, traiter du mésusage et de l'éventration des mots est une nécessité absolue.

L'historienne Ludivine Bantigny s'arrête donc sur le mot ''révolution'', exemples historiques à l'appui, montrant comment on s'en sert contre ce qu'il désigne, notamment en l'euphémisant, en la vendant, comme avec ces tee shirt arborant le visage du Ché Guévara, ou encore en prétendant l'annuler aux sein des confortables assemblées parlementaires. Elle postule que la révolution est nécessairement un moment ou un espoir d'émancipation (elle passe d'ailleurs en revue certaines révolutions du siècle précédent), citant les belles figures de Simone Weil ou de Rosa Luxemburg, mais oubliant que l'émancipation est à double tranchant et que la trogne sordide d'une Margaret Thatcher avait peut-être aussi une certaine légitimité à faire glisser entre ses lèvres fines comme une feuille de licenciement l'expression «révolution conservatrice» (qu'il faudrait plutôt qualifier de libérale) : après tout, libérer le capital du poids du travail, n'était-ce pas l'émanciper, émanciper la société entière - du concept même de société ?


Frédéric Dufoing
( Mis en ligne le 10/04/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd