L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 25 mai 2019
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Questions de société et d'actualité  
 

La seconde ceinture de la rouille
Amy Goldstein   Janesville - Une histoire américaine
Christian Bourgois 2019 /  23 € - 150.65 ffr. / 334 pages
ISBN : 978-2-267-03117-1
FORMAT : 14,0 cm × 22,5 cm

Aurélie Tronchet (Traducteur)
Imprimer

Certaines villes des États-Unis incarnent les déroutes du capitalisme et les naufrages sociaux liés à ses crises : Youngstown dans l'Ohio, et toutes ces cités de la "rust belt", ceinture de la rouille, celle de la désindustrialisation ; on pense à Cleveland, à Pittsburgh, à Detroit, ou encore Gary, citée par l'auteure, berceau de Michael Jackson, aux aciéries devenues des bâtiments fantômes. Michael Moore avait consacré un documentaire - Roger et moi - à l'une de ces villes, la sienne, Flint, dans le Michigan, autrefois oasis manufacturière, siège de plusieurs usines de General Motors.

C'est le même géant automobile qui a motivé l'écriture de Janesville. Une histoire américaine : la journaliste Amy Goldstein suit pendant cinq ans la déchéance de cet important centre industriel du Wisconsin, après que General Motors a décidé d'y fermer définitivement ses usines en décembre 2008. Une véritable épopée humaine, une tragédie en fait, qui met des milliers d'ouvriers au chômage dans un surprenant effet de dominos : avec GM, ce sont des dizaines d'entreprises de sous-traitance qui chutent, et les employés avec elles, et leurs familles aussi.

Si le chômage est massif, le phénomène en effet le plus important est celui du dépérissement de la classe moyenne locale, symbolisé par des chiffres simples à retenir, le passage par exemple de salaires de 28 dollars de l'heure (les Gmeurs, ouvriers de General Motors, étaient plutôt bien payés) à une moyenne située entre 12 et 16 dollars pour tous ces ouvriers qui retrouvent un emploi, parfois dans d'autres États, et des heures de route, se forment à d'autres métiers, sans garantie d'embauche, situations qui conduisent leurs enfants adolescents à travailler eux-mêmes, cumulant petits jobs et heures de classes. Absurdité de l'administration : en grossissant ainsi les faibles revenus du foyer, ou simplement en passant à la majorité, ces jeunes écartent leurs familles de l'accès à certaines aides sociales, la santé, les banques alimentaires... Un cercle vicieux du déclassement. Le phénomène le plus préoccupant, outre la montée du taux de suicide, est sans doute celui de ces mineurs abandonnés par leurs parents, qu'un documentaire du réalisateur Ruben Burgos a mis en avant en 2010 : 16:49 (Sixteen Forty-Nine).

Sur ce paysage social et économique moribond, des combats politiques ont lieu, opposant Démocrates et Républicains. En 2012, Obama est soutenu dans cet État traditionnellement démocrate et par des citoyens qui pensent que la solution viendra de Washington. En 2016, c'est Trump qui l'emporte, à une époque où l'on ne célèbre finalement plus la Fête du Travail, où la ville a perdu de son civisme et de sa combativité. "Un doigt d'honneur ? Au beau milieu du défilé de la fête du Travail ? En plein Milwaukee Street dans cette belle ville volontariste de Janesville ?". Amy Goldstein le dit en fin d'ouvrage : la crise a donné naissance à deux Janesvilles, celle, aisée et entrepreneuse d'une renaissance économique, qui passe par le privé et les nouvelles technologies, et celle d'une petite classe moyenne abandonnée.

L'essai rend hommage à ces femmes et ces hommes, sans parti pris - le lecteur français souhaitera peut-être parfois un engagement plus ferme de la part de l'auteure... -, le long de chapitres courts, denses, concis, alternant les personnages. On se perd dans les noms mais ce n'est pas si grave : ces ouvriers et leurs proches, ces responsables de syndicats et d'associations, les bienfaiteurs et les rapaces, le gouverneur et ses opposants, sont des archétypes parfaitement brossés (et remarquablement rendus par la traduction d'Aurélie Tronchet).

Un passionnant et très prenant essai d'histoire immédiate, par une journaliste qui a pris le temps de suivre cette communauté à la dérive.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 08/03/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd