L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 16 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  People / Spectacles  
 

Mon corps et moi
Marion Bartoli   Renaître
Flammarion 2019 /  19,90 € - 130.35 ffr. / 290 pages
ISBN : 978-2-08-145785-0
FORMAT : 13,7 cm × 21,1 cm

Géraldine Maillet (Contributeur)
Imprimer

Le double intérêt d'être un sportif de haut niveau, c'est de pouvoir prendre sa retraite à 30 ans et d'écrire son autobiographie par la suite ! Marion Bartoli (née en 1984) a, contre toute attente, stoppé le tennis un mois après avoir gagné le tournoi de Wimbledon alors qu'elle n'avait pas 29 ans. Avec Mary Pierce et Amélie Mauresmo, elle rentre dans le cercle très fermé des joueuses françaises ayant remporté un tournoi du grand chelem depuis l'ère open. Son témoignage montre que le parcours pour arriver à ce 6 juillet 2013 fut à la fois magnifique et chaotique.

Elle découvre le tennis en voyant son père et son frère jouer le week-end pour décompresser. Très vite, elle veut participer et son père, médecin généraliste, découvre en elle un potentiel singulier de concentration et de combativité. Dans son petit village de la Haute Loire, le court est en béton, avec des faux rebonds, sans recul derrière la ligne de fond, et tributaire des conditions climatiques. Marion s’entraîne dans son garage l'hiver, puis, contre vents et marrées, joue par tous les temps. Son père lui achète une machine à balle et décide de la prendre en main. Il arrête son activité et la prend sous son aile ; il apprend par la-même les techniques d’entraînement et la science du jeu tennistique. A l'instar d'une Sharapova partie à l'aventure avec son père, Bartoli s’entraîne dur et commence la ronde des tournois locaux puis des manifestations plus importantes. En dépit d'un style de jeu peu académique et d'un physique disgracieux, propices aux douleurs, elle multiplie les performances et atteint le haut niveau. Sa carrière, morcelée mais tout de même de haut vol, est un combat permanent entre son esprit et son corps a priori peu fait pour ces mouvements traumatisants.

Sport mental, exigeant, rigoureux, angoissant, le tennis la passionne mais elle doit s'acclimater à l'affront des rivalités, aux défaites, blessures, déceptions, remises en cause. Plus qu'un duel contre Williams ou Schiavone, c'est un combat permanent contre un corps qui se rebelle et résiste aux tensions d'un sport qui fracasse autant les cerveaux que les tendons. Le tennis moderne impose une culture physique sans aucun ménagement. Pour relancer une carrière qui décline, son père, à contre courant de l'encadrement fédéral qui observe Bartoli avec réserve, trouve des solutions propices au caractère tenace de sa fille (qui passe malgré tout par des revers sérieux concernant son niveau de jeu). L'électrostimulation notamment va lui permettre d’affûter son corps et d'assurer au mieux ses déplacements sur le court, mais à quel prix... son corps commence à accuser le coup.

Bartoli est une midinette au moral d'acier qui a pu faire une carrière dans le haut niveau du tennis mondial. Résultat : 490 matchs gagnés, 8 titres dont un grand chelem, deux Fed Cup et plus de 11 millions de dollars de gains. Son témoignage montre bien la dualité du joueur de tennis : qui souffre parce qu'il aime, qui savoure une belle victoire obtenue par la sueur d'un stakhanoviste riche et moderne. Ce sport est une passion dont il est difficile de s'affranchir. Comme tout sentiment extrême, les crises sont vécues de plein fouet et les réussites sont enivrantes. Alors qu'elle est menée dans un match à haute tension, elle aperçoit Pierce Brosnan dans les tribunes, qui va lui donner la force de se reprendre et de vaincre son adversaire. Admirateur de son jeu, l'acteur suivra son parcours en l'encourageant mais elle veut gagner parce que c'est James Bond qui la regarde. Ce curieux passage révèle très bien la personnalité de Bartoli : combative, sensible et fleur bleue. Elle gravera les initiales de Jack Sock sur un bijou alors que ce dernier ignorera toujours les sentiments qu'elle aura à son égard !

La seconde partie du livre concerne ses déboires de jeune retraitée avec un homme manipulateur et peu scrupuleux qui la conduisit au bord du gouffre, celui de l'humiliation quotidienne et de l'anorexie. Là encore, Marion se conduit comme une petite fille inexpérimentée, puis s'en sort la tête haute en triomphant de ses démons.

Le tennis est un sacerdoce. On y consacre sa vie alors qu'on a 13 ans et demi pour soulever 10 ans plus tard quelques trophées en comptant les dollars. Des succès fugaces et vains qui font entrer dans l'histoire du sport et construire une personnalité. Ce livre, assez prenant et plutôt bien détaillé, reprend à sa manière les poncifs du genre tennistique : la répétition des entraînements, les longs courriers, les hôtels luxueux, les défaites honteuses, les victoires au forceps, les doutes permanents et les renaissances d'un soir. C'est beau, c'est spectaculaire, c'est pédagogique, c'est le tennis, sport de haut niveau ! Mais pourquoi le joueur est-il si seul dans cet univers de paillettes et de sueur ?...


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 17/05/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd