L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

Caroline assassine
de Sophie Jabès
J'ai lu - Nouvelle génération 2006 /  3.50 €- 22.93  ffr. / 123 pages
ISBN : 2-290-34723-X
FORMAT : 11 x 18 cm

Premire publication en aot 2004 (JC Latts).

Pourquoi tant de haine ?

Lhrone du premier roman de Sophie Jabs, Alice la saucisse (Verticales, 2003), tait une jeune femme dune vingtaine dannes, en qute du regard de son pre et des hommes. Ici, cest Alice, une petite fille de 7 ans amoureuse des livres, qui se bat pour exister dans une famille de fous : mre hystrique, grand-mre insensible, pre absent, petit frre dboussol, grande sur accroche son babyliss, grand-pre sourdingue riv au Jeu des mille francs le tout dans un deux-pices sale et glauque.

La mre de Caroline lui interdit de lire, surtout dans les toilettes (seul endroit o la petite fille trouve un peu de calme) : Il ny a pas de mais. Ma fille Ma fille ne lira jamais dans les toilettes. Tu mentends ? Jamais. Je prfre mourir avant. Je prfre te voir crever la gueule ouverte. Et la mre de dchirer les pages des Misrables avant de les faire disparatre dans la cuvette du lieu daisance. Caroline rve alors que son pre, quelle ne connat pas, va venir la dlivrer de cet enfer sur son cheval blanc, les bras remplis des ouvrages quelle aimerait tant savourer. Mais quand il arrive un soir la maison, cest un alcoolique lubrique et incestueux quelle dcouvre alors. Non, dcidment, elle na pas dautre choix que de tuer sa mre pour faire cesser toute cette souffrance. Une ide qui va obsder la petite fille pendant ces 150 pages, mesure que sa dsillusion se confirme.

Caroline assassine est davantage une fable quun roman, tant certains traits sont forcs, certaines situations, certains raisonnements dans la tte de cette petite fille, invraisemblables. Mais le problme nest pas vraiment l. Sophie Jabs passe plus de temps dcrire la folie et lhorreur de la famille de Caroline qu analyser en quoi cette petite fille, diffrente, passionne de lecture et due de ne pas tre comprise, en vient dtester sa mre au point de vouloir la tuer. Et quest-ce que vouloir tuer sa mre, quand on est une enfant de 7 ans ? Que peut-on bien comprendre aux regards incestueux dun pre sur sa grande sur bonne marier ? Il y avait l des thmes intressants, drangeants peut-tre, explorer. Lauteur se contente de les survoler, et le lecteur en est frustr. De mme, la bibliothcaire, seul personnage fort au-del du cercle familial dans le roman, manque de matire. Elle est comme une espce de fe qui croise le jeune destin de Caroline, la comprend sans que celle-ci ait parler, et lui offre un livre vierge, avant de disparatre : il y avait l une bonne ide, nen pas douter, mais lauteur encore une fois se contente de la survoler.

Comme cest le cas avec beaucoup de livres aujourdhui, on a finalement limpression dun manque dambition, destomac, dirait Pierre Jourde (La Littrature sans estomac, LEsprit des Pninsules, 2002). Cest dommage pour tout le monde.

Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 04/04/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)