L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

Le Roi, la cour et Versailles - Le coup d'éclat permanent. 1682-1789
de Alexandre Maral
Perrin - Pour l'Histoire 2013 /  25 €- 163.75  ffr. / 520 pages
ISBN : 978-2-262-03520-4
FORMAT : 15,4 cm × 24,2 cm

L'auteur du compte rendu : Charles-Eloi Vial est conservateur au dpartement des Manuscrits de la Bibliothque nationale de France.

Coup d'Etat - coup d'éclat

Il est rare de lire un ouvrage d'histoire qui soit la fois une synthse et une avance dans la recherche: en tudiant, sur un long sicle, l'histoire de la cour de France au chteau de Versailles, Alexandre Maral a magistralement russi allier les deux, dans un ouvrage appel devenir une rfrence sur la cour, mais qui sera aussi un guide indispensable pour tous les curieux de l'histoire du chteau. Aprs une dcapante mise au point historiographique et mthodologique, l'introduction, intitule Versailles, mode d'emploi, pose d'entre un des enjeux du livre, qui est de mettre nu les mcanismes de la cour et leur signification.

Les premiers chapitres voquent ainsi les journes du roi, les loisirs et les ftes, mis en perspective dans le cadre d'une conception globale de la reprsentation du pouvoir politique, dtaillant la mise au point progressive du quotidien ritualis de la cour, la mise en place du personnel, des officiers et des commensaux, l'organisation complexe de la Maison du roi, et enfin la faon dont les appartements du chteau ont t constamment adapts de nouveaux usages, puis ramnags et redcors afin de cadrer avec les volution tant du got que du crmonial. Plusieurs autres pages importantes, consacres l'administration de l'tat et son volution parallle la Cour, l'articulation entre les crmonies et le travail du gouvernement, la constitution, au sein du monde des courtisans, de dynasties de ministres et d'administrateurs, sont aussi particulirement clairantes sur la pratique du pouvoir par les rois successifs. D'autres passages sur les peintures, les statues ou les jardins font heureusement cho la mise en place d'une dialectique du pouvoir invente par Louis XIV et perptue avec faste par ses successeurs.

Le plan choisi dvoile avec subtilit l'articulation entre les lieux, leurs utilisations et leurs occupants: telle partie sur l'volution de la rpartition des appartements du chteau trouvera ainsi des chos plusieurs pages plus loin, dans un chapitre consacr aux relations au sein de la famille royale, et dans un autre sur le poids politiques des courtisans et les diffrentes cabales, chaque installation d'un prince, d'un courtisan ou d'une favorite dans un appartement traduisant une inflexion dans la vie de la cour, ou encore l'apparition d'un courant d'opinion ou d'un nouveau centre d'influence proximit du pouvoir.

En revenant sur l'histoire de Versailles et de ses occupants, Alexandre Maral embrasse d'un seul regard les enjeux politiques, diplomatiques, curiaux, mais aussi artistiques, qui sous-tendent la sdentarisation de la Cour dans le chteau construit pour Louis XIV. Car il s'agit autant d'un coup d'tat que d'un coup d'clat: en sdentarisant la cour prs de Paris, Louis XIV met fin des sicles d'errance du pouvoir entre l'le-de-France et la valle de la Loire, procure l'administration d'Ancien Rgime en pleine centralisation un espace pour ses bureaux, et attire la noblesse du royaume dans un vritable pige: une prison dore, vritable machine engendrer du faste et de la solennit. L'auteur dveloppe certaines ides dj expose dans l'exposition ''Louis XIV: l'homme et le roi'', organise Versailles en 2009, sur la part de responsabilit du roi dans la mise en place de la lourde tiquette de Versailles, avec un dveloppement intressant: Versailles n'avait rien d'une fatalit pour l'Ancien Rgime. Ni Louis XV, ni Louis XVI ne furent obligs d'habiter le chteau, et c'est bien par choix qu'ils y firent leur rsidence, au dtriment de Paris. De mme, il tudie les volutions de l'tiquette non pas comme des simplifications ou des signes de dclin de la Cour, mais comme des ajustements, voulus et rflchis par les monarques, fidles jusqu'au bout un certain modle louis-quatorzien dans la reprsentation et la pratique du pouvoir.

D'atout pour la monarchie, Versailles devint peu peu un pige, ce que rvlent les derniers chapitres sur le chteau dans les mois qui prcdrent la Rvolution: au lieu de prendre l'avantage en venant de lui-mme rsider dans la capitale en prenant la tte du mouvement rvolutionnaire, ou de tenter le coup de force en se rfugiant loin de Paris, Louis XVI prfra rester Versailles, par inertie. De coup d'clat, Versailles tait devenu une habitude, une vidence pour une monarchie incapable de rinventer un autre modle que celui mis en place par le roi-soleil.

La conclusion du livre, sur les destines du chteau aux XIXe et XXe sicles, est tout aussi intressante, en revenant sur les checs des monarques qui tentrent de rinvestir le chteau, des projets de Napolon l'ambitieux, mais si dtest muse de l'histoire de France de Louis-Philippe, avant la mise en place de l'actuel muse national de Versailles: la force du discours royal, toujours prsent dans les murs, semble ainsi avoir empch toute rappropriation complte du chteau par un rgime ultrieur. Le coup d'clat dvoil et analys par Alexandre Maral, subsiste encore aujourd'hui.

Charles-Eloi Vial
( Mis en ligne le 25/02/2014 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)