L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Jeunesse oblige - Histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècle
de Ludivine Bantigny , Ivan Jablonka et Collectif
PUF - Le noeud gordien 2009 /  26 €- 170.3  ffr. / 307 pages
ISBN : 978-2-13-056692-2
FORMAT : 15cm x 22cm

Lauteur du compte rendu : agrge dhistoire et docteur en histoire mdivale (thse sur La tradition manuscrite de la lettre du Prtre Jean, XIIe-XVIe sicle), Marie-Paule Caire-Jabinet est professeur de Premire Suprieure au lyce Lakanal de Sceaux. Elle a notamment publi LHistoire en France du Moyen ge nos jours. Introduction lhistoriographie (Flammarion, 2002).

Ondoyante jeunesse

Or ce mot de jeune, cest un mot de vieux, il ny a que les vieux pour le prononcer tout bout de champ. Cette citation de Nicole Vdrs (Paris 6, 1965), place en exergue du texte de Ludivine Bantigny qui ouvre le recueil (Le mot jeune, un mot de vieux? La jeunesse du mythe lhistoire), claire bien le propos des auteurs. Il sagit de se poser la question des jeunes et de la jeunesse, de construire une catgorie historique, en utilisant assez largement les mthodes et rfrences de la sociologie. Les sociologues sont les premiers stre pos la question de la construction dune catgorie Jeunesse. Pour les historiens, il faut rappeler les travaux pionniers de M. Crubellier (LEnfance et la jeunesse dans la socit franaise, 1800-1950,1979) et louvrage collectif dirig par Giovanni Lvi et J.C. Schmitt(Histoire des jeunes en Occident,1996).

Lhistoire, en une large spirale, dresse le portrait de socits tour tour soucieuses, malades, riches, entiches, avides de leur(s) jeunesse(s); elle fait aussi dcouvrir les impenss dune catgorie la fois banale et ondoyante ge biologique, classe, ressource nationale, groupe culturel, animateur social, cible de laction publique, thme littraire ou cinmatographique, argument publicitaire, etc., remarque I. Jablonka (p.294). Les chercheurs runis ici prsentent des aspects divers de la jeunesse en France, sur deux sicles, dune jeunesse qui sautonomise et saffirme tandis que se constitue progressivement une identit juvnile.

Jean-Franois Sirinelli, professeur des Universits lIEP de Paris et directeur du Centre dhistoire de Sciences-Po, dont la thse, Gnration intellectuelle. Khgneux et normaliens dans lentre-deux-guerres, publie en 1988, tait dj une approche de la jeunesse, signe la prface. Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka ont runi 17 spcialistes (dont plusieurs trangers, les travaux scientifiques de chacun sont indiqus en fin de volume) pour envisager ces divers aspects des jeunes entre le XIXe et le dbut du XXIe sicle en France. Les deux matres-duvre de louvrage sont lun et lautre anciens lves de lEcole normale Suprieure et matres de confrences en histoire contemporaine ( Rouen et lUniversit du Maine).Ils participent plusieurs revues (Vingtime sicle, histoire@politique entre autres) et Ivan Jablonka est par ailleurs rdacteur en chef du site laviedesides.fr. Ils appartiennent une gnration de chercheurs en histoire trs forme la pluridisciplinarit et ouverte aux influences de la sociologie. On peut ainsi voir dans cet ouvrage collectif le manifeste dune gnration de chercheurs qui appellent renouveler les sources et leurs lectures. Ouvrage universitaire, le livre en a les qualits et les exigences: notes de bas de page abondantes, rigueur. Une bibliographie en fin de volume complte lensemble.

Le choix est de parcourir deux sicles dhistoire franaise pour analyser les grands traits dune jeunesse en construction, et daller rsolument jusqu' nos jours, dans une lecture dhistoire du temps prsent. Le plan est donc chronologique: Premire partie: Naissance de la jeunesse contemporaine (XIXe-dbut du XXe sicle) ; Deuxime partie: De la jeunesse aux jeunes (Dun aprs guerre lautre) ; Troisime partie: Vers une identit juvnile?(Des annes 1960 nos jours).

Ouvrage collectif, il a les qualits et les dfauts du genre. Il reprend des communications du sminaire du groupe de travail Jeunes et jeunesse(s), objets dhistoire tenu au Centre dhistoire de Sciences-Po Paris depuis 2004. En revanche, on peut regretter des silences (qui tiennent au parti pris adopt: il ne sagit pas de faire une synthse dfinitive, mais de donner des clairages qui rpondent aux recherches en cours): presque rien sur lentre-deux-guerres, priode pourtant fondatrice dans le domaine de la prise de conscience des jeunesses; trs peu de rflexion galement sur les diffrences filles/garons; aprs tout la mixit nest quune habitude rcente (dans les annes 1960) mais il y a des univers fminins de la jeunesse qui auraient pu tre davantage explors. Deux articles seulement sur les jeunesses fminines (Christine Bard, Jeunesse de la garonne et Richard Ivan Jobs, Travailleuses familiales et fes du logis. Les jeunes femmes comme agents de modernisation dans la France de laprs guerre), mais pas grand chose sur les relations entre filles et garons et ce qui se modifie rapidement dans les annes 60 (en dehors de la sexualit, sur laquelle porte larticle de Michel Bozon, pp.225-245). Il y aurait peut-tre l des pistes ouvrir. On pouvait aussi attendre, esprer, davantage de rflexion sur les comportements politiques. Certes le sujet a dj t travaill, mais le sous-titre du livre est quand mme Histoire des jeunes en France XIXe-XXIe sicle.

Ludivine Bantigny ouvre la rflexion avec un texte bien document et stimulant, cit plus haut. Elle retrace de faon claire et efficace lhistoriographie de la jeunesse. Elle montre aussi tous les regards et sentiments ambivalents que suscite la jeunesse: de lengouement la peur, de lenthousiasme lintolrance, dune jeunesse pare de toutes les vertus une jeunesse stigmatise.

Dun sicle lautre, des questions se renouvellent, reviennent en cho: la question militaire (articles dAnnie Crpin et Odile Roynette, Jeunes hommes, jeunesse et service militaire au XIXe sicle, de Christophe Gracieux, Jeunesse et service militaire en France dans les annes 1960 et 1070. Le dclin dun rite de passage); la dlinquance (Jean-Jacques Yvorel, Linvention de la dlinquance juvnile ou la naissance dun nouveau problme social, Sarah Fishman, Vichy et la dlinquance juvnile. Changements lgislatifs et institutionnels).

La troisime partie est sans doute la plus stimulante, en particulier les contributions de Grard Mauger (Les styles de vie des jeunes des classes populaires (1975-2000)), Richard Derderian (La mobilisation des jeunes Maghrbins en France) et Ivan Jablonka (Le nom des jeunes sans nom).Peut-tre parce que cest l que les approches thoriques sont les plus neuves. Un des intrts - entre autres - de ce recueil est de montrer le renouvellement des approches historiques sur le sujet. Mais cest ici galement que lhistoire se confond le plus avec la sociologie, les historiens revendiquent dailleurs lutilisation denqutes sociologiques comme sources: Michel Bozon se livre un plaidoyer pour un usage critique des enqutes sociologiques par les historiens du contemporain (Lhistoire se rintroduit ainsi en discipline fdratrice des sciences humaines): Lapport et la sensibilit des historiens pourraient tre admirablement employs dans lanalyse critique des instruments de recherche: ainsi les questionnaires, les catgories utilises et les protocoles sont-ils de vritables objets culturels et historiques, traiter en premier lieu comme tels (...) Par ailleurs les historiens pourraient se lancer dans des analyses secondaires des matriaux denqute, avec une focalisation sur les gnrations et les groupes sociaux (pp.227-228).

Jeunesse oblige, le titre rappelle, entre autres rfrences,le film de Robert Hamer Noblesse oblige, dans lequel Alec Guinness jouait huit rles diffrents ; et l'on retrouve au fil des pages ces rles multiples de la jeunesse ou des jeunesses: jeunes conscrits, jeunes tudiants, jeunes filles des annes 20, jeunesses bourgeoises, ouvrires, rurales, maghrbines, jeunes des cits ou jeunes sans nom

Finalement, la jeunesse existe-t-elle? Pierre Bourdieu disait : la jeunesse nest quun mot ; la lecture de ce travail collectif montre quelle rsulte essentiellement dun regard: celui que les plus gs portent sur elle; regard qui reflte les espoirs et les inquitudes de la socit qui tour tour construit une jeunesse dlinquante ou enthousiaste, une jeunesse miroir de toutes les attentes. Les tendances fortes sont indniables: lallongement de la jeunesse, li aux grandes lignes de lvolution dmographique, son extension aux diffrentes catgories sociales; nagure luxe des lites, la jeunesse est dsormais partage par tous les milieux mais de fortes diffrences subsistent cependant.

En conclusion: un recueil stimulant, qui donne une bonne ide de la vitalit actuelle de lhistoire culturelle, particulirement bien reprsente ici chez ces jeunes historiens. Un ouvrage qui pose un tat des lieux sur le sujet, appuy sur une abondante bibliographie. Au-del du public universitaire dhistoriens et de sociologues, Jeunesse oblige devrait intresser un large public dans une France qui, aujourdhui plus que jamais, se pose la question brlante de sa jeunesse au double miroir dune crise qui sinstalle et de la nostalgie jeuniste des baby-boomers vieillissants.

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 17/03/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)