L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 29 juin 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Fuyards
Caroline De Mulder   Nous les bêtes traquées
Actes Sud - Babel 2017 /  6,80 € - 44.54 ffr. / 156 pages
ISBN : 978-2-330-07312-1
FORMAT : 11 cm × 17,5 cm

Première publication en août 2012 (Champ Vallon)
Imprimer

Max et Marie, comme on pourrait dire Bonnie and Clyde. Un couple poursuivi, «traqué», et l'on apprend au fil de la lecture, le motif de la traque ; une affaire d'espionnage dans des pays imaginaires qui s'apparentent aux pays de l'Est. Le sujet reste volontairement flou, il se dessine habilement par petites touches, la trame complexe se dévoilant sur la fin. L'essentiel du roman est plutôt une étude de personnages. Marie raconte leur vie de fuyards, leurs peurs, leur obsession d'une liberté qu'ils ont perdue. Elle parle à la première personne, enchevêtre sa narration de considérations personnelles sur leur union, sa décision de rester avec Max, la complexité de son caractère, la difficulté de vivre cet harcèlement.

Toute la richesse de ce livre est dans cette écriture, à tel point que l'histoire en elle-même passe au second plan ; on suit avec un intérêt distrait le fond qui se précise peu à peu. Le quotidien de cette fuite, bien que banal, est sublimé par une narration haletante, au style qui n'est pas sans rappeler celui de Céline, on s'échappe du roman d'espionnage pour entrer dans une analyse de comportement, une réflexion sur les choix de vie et le difficile retour en arrière.

«J'avais beau ne rien demander, de manière ostensible, Max s'obstinait à ne pas me répondre... Doser ses forces l'épuisait. Se taire le vidait... J'écrase. Ça donne en moi un silence tendu, habité de cris qui ne partent pas. Une douceur surpeuplée, avec juste parfois une voix un peu rapide, des gestes emportés, la mesure pleine, comble à ras, s'en faudrait de rien que ma douceur me troue la peau, m'éventre du dedans... Quand il parle, il a derrière lui tous ceux qui meurent en silence. Il s'approprie leur douleur, leur haine, et en douce y coule la sienne. Il fait passer ses propres blessures pour celle des autres...».

L'énigme dévoilée, Caroline De Mulder conclut la vie de Marie d'une façon désespérément prévisible mais la noirceur générale de ce livre n'assombrit pourtant pas sa lumière ni l'éclat de l'écriture.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 08/02/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd