L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 26 mai 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Histoire, histoires
Elizabeth Speller   Le Retour du capitaine Emmett
10/18 2014 /  8,10 € - 53.06 ffr. / 408 pages
ISBN :  978-2-264-06333-5
FORMAT : 10,9 cm × 17,7 cm

Première publication française en octobre 2013 (Belfond)

Bella Norac (Traducteur)

Imprimer

A la fin de la Grande guerre, les hommes rescapés du conflits rentrent chez eux, traumatisés, meurtris dans leur chair et dans leur âme, pour retrouver des familles tout aussi meurtries. Laurence Bartram fait partie de ces rescapés ; sa femme est morte en couches, ainsi que leur bébé, alors qu’il était au front...

Mary, une ancienne petite amie d’enfance, reprend contact avec lui parce qu’elle n’arrive pas à expliquer le suicide de son frère, le capitaine John Emmett, trois ans après son retour. Secondé par Charles, un ami amateur de romans policiers, Laurence part à la recherche d’indices. Ils sont nombreux, contradictoires et inquiétants, et nourrissent une véritable enquête qui révèlera à une histoire ahurissante, intimement liée à l’horreur de cette guerre et à l’impact négatif qu’elle a pu avoir sur des caractères fragiles. Les cadavres abondent dans ce thriller sur 14-18...

Hélas, les personnages sont trop nombreux pour nous être sympathiques ; l’auteure, historienne, s’attache plus à la guerre elle-même, avec un luxe de détails issus d\'abondantes recherches. L\'écriture prouve ainsi qu’on ne passe pas aussi facilement des ouvrages historiques et de non-fiction au roman, policier de surcroît. L’intrigue est touffue, souvent incongrue, mal servie en outre par un style élégant certes mais inadapté. Les nombreux passages «historiques», dans lesquels Elisabeth Speller est plus à l’aise, sauvent l’intérêt.

Un ouvrage dur, remarquablement documenté, qui provoque bien des questions sur l’âme humaine et notre goût du sang.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 10/10/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd