L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 18 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->    
 

Traité du désespoir
Emil Cioran   Ebauches de vertige
Gallimard - Folio Sagesses 2016 /  3,50 € - 22.93 ffr. / 128 pages
ISBN : 978-2-07-046905-5
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm
Imprimer

."Au Zoo. - Toutes ces bêtes ont une tenue décente, hormis les singes. On sent que l'homme n'est pas loin" - E.C.

Hasard des rééditions, cette nouvelle collection de chez Folio (Sagesses) édite Ebauches de vertige, recueil d’aphorismes du philosophe Emil Cioran (1911-1995), tiré de son ouvrage Écartèlement, écrit en 1979.

Emil Cioran est le grand penseur moderne du désespoir. Auteur prolifique de fragments : Sur les cimes du désespoir (1932), Le Livre des leurres (1936), Des larmes et des saints (1937), Le Crépuscule des pensées (1938), Syllogismes de l’amertume (1952), Le Mauvais démiurge (1969), De l’inconvénient d’être né (1973), Aveux et Anathèmes (1987), il décrit l’existence comme une souffrance immense où la mort, le dépérissement, l’absurdité de vivre, l’ennui et le temps qui passe empêchent tout épanouissement, provoquant par conséquent un désespoir total. Vivre pour mourir est une absurdité insupportable, constat moteur d'une œuvre immense qui tente de décrire cet état d’attente.

Ces pensées, qui n'échappent pas à la règle, intègrent à la fois la culture mythologique, l’expérience personnelle du néant, l’analyse d’un monde absurde, la description du malheur humain, l’anecdote tragique, dans un style très épuré, non dénué d’humour noir ou d’ironie grinçante. Cioran (mort à 84 ans) s’est interrogé toute sa vie sur le suicide et a fait de son œuvre un immense traité du désespoir en poussant la thématique jusqu’au bout.

Ces fragments sont très puissants, ils donnent à voir et à réfléchir sur notre condition, totalement fracturée entre grandeur et misère, envie et renoncement, élan vital et obsession de la mort. La conclusion qu'il en tire reste clairement l'impossibilité de ne pas en souffrir, le malheur écrasant toute sorte d'espoir. Et c'est bien parce que le philosophe témoigne d'une extrême sensibilité vis à vis du vivant qu'il s'en trouve foudroyé par sa violence et sa douloureuse agonie.

Dans ces carnets d'un homme vieillissant (il a 68 ans au moment de la rédaction), le philosophe franco-roumain est glaçant, déprimant, précis dans sa manière d'effacer toute lueur de vie. Et ce n’est pas qu’une posture puisque, l'âge aidant, il a pu vérifier, par son expérience, la clairvoyance de ses réflexions et la lucidité de son regard sur l'existence. Ses analyses froides et détaillées reflètent un univers existentiel apocalyptique, voire incompréhensible. Il est curieux de voir l’homme continuer bêtement sa vie, voire même en profiter, lorsque le détail de ce qui l’attend est cauchemardesque, absurde, incompréhensible. Dans Ebauches de vertige, nous abordons essentiellement le renoncement à tout par faute de l’ennui, du temps qui passe, de la décrépitude physique et de l’inanité de tout (même les moments doux comme l’amitié, la lecture ou la promenade solitaire n’ont plus de cause à ses yeux). Tout se meurt et disparait dans le néant, alors pourquoi s'acharner? Et comment ne pas en souffrir durement ?

Ce petit livre est précieux en cette époque où l’on vante l’activité, le profit, la vitesse, la technique, la rapidité. Cioran nous rappelle les fondamentaux, bien plus misérables et vains que ce que les agitateurs contemporaines veulent bien prétendre. Il malmène tout autant, et notre esprit et notre lucidité, afin de bien nous renseigner sur le non sens de la vie certes, mais aussi sur son côté insaisissable, et profondément déprimant. Le tout non sans plaisir de lecture... il fallait le faire !

"Il faudrait vivre, disiez-vous comme si l'on ne devait jamais mourir. - Ne saviez vous donc pas que tout le monde vit ainsi, y compris les obsédés de la Mort ? " Un très bon recueil à (re)découvrir en cet hiver pluvieux et froid…


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 03/02/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd