L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 24 novembre 2017
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Adaptation  
 

Les parents terribles
Clément Oubrerie   Raymond Queneau   Zazie dans le métro
Gallimard - Fétiche 2008 /  15 € - 98.25 ffr. / 72 pages
ISBN : 978-2-07-061014-
FORMAT : 23 x 31 cm
Imprimer

Zazie dans le métro (1959) est certainement le roman le plus connu de Raymond Queneau, mais peut-être aussi le plus mal connu. Bien souvent catalogué « jeunesse », Zazie étant la jeune héroïne d’une douzaine d’années de cette histoire farfelue, c’est pourtant un roman qui se nourrit gaiement et sans ambages de thèmes aussi peu enfantins que le travestissement, l’« hormosessualité », le meurtre d’un père par une mère sous les yeux de leur enfant, ou encore la pédophilie, pour ne citer que les plus marquants. Alors, oui, on peut lire Zazie à 12 ans, mais il faudra y revenir bien plus tard pour le savourer à sa juste valeur.

Le roman de Queneau est une odyssée d’un jour et demi à Paris, trente-six heures pendant lesquelles la petite Zazie est confiée à son oncle Gabriel par sa mère, venue de Saint-Montron rejoindre son « jules » à la capitale. Dès la gare d’Austerlitz, Zazie n’a qu’une envie : aller dans le métro. Mais le métro est en grève, et la voilà partie avec Gabriel et son ami Charles, chauffeur de taxi, pour une balade approximative dans les rues de Paris, dont elle n’a pas grand-chose à faire ! C’est le point de départ d’une série d’événements hauts en couleurs, où Zazie donne du fil à retordre aux adultes qui sont censés prendre soin d’elle, mais qui sont aussi désinvoltes et baroques (Gabriel est danseuse de charme la nuit…) que la petite est têtue et forte en gueule. A coups de fugues et de visites des cabarets transformistes du « Paris bâïlle-naïte », Zazie va vivre une initiation loufoque sous le haut patronage de Gabriel, Charles, Turandot, la veuve Mouaque, Pédro-Surplus alias Trouscaillon alias Aroun Arachide, une extraordinaire galerie de personnages dont Queneau a le secret.

« Doukipudonktan », « Napoléon, mon cul ! », « Tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire ! »… Zazie dans le métro est truffé de ces répliques célèbres et emblématiques du style de Raymond Queneau, virtuose de la langue et qui a eu le génie de mêler prose populaire, argot et langage châtié. Pour son adaptation en bande dessinée, Clément Oubrerie (Aya de Yopougon) est resté fidèle au texte, ce qu’il avait de mieux à faire face à tel monument, et ce qui coulait d’autant plus de source que les parties dialoguées du roman sont très nombreuses. Sous ses pinceaux alertes, qui rappellent beaucoup Sfar, naissent un Paris des années 50 et des personnages tout à fait convaincants, à part sans doute Marceline, la compagne de Gabriel, bien trop féminine pour que le coup de théâtre final soit compréhensible (Marceline est en fait… Marcel). Faisons donc le pari que l’avant-dernière planche laissera perplexe le lecteur attentif mais non averti. Hormis ce détail, Clément Oubrerie signe une adaptation très réussie qui se déguste pour elle-même, et qui donnera envie d’aller lire ou relire le roman de Queneau.


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 22/07/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd