L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 18 novembre 2017
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Le rire au pays des fous
Jean-Marc Rochette   Napoléon et Bonaparte
Casterman 2000 /  9.01 € - 59.02 ffr. / 56 pages
ISBN : 2-203-38888-9
FORMAT : 23 X 31
Imprimer

Napoléon et Bonaparte sont tous deux pensionnaires de l’asile. Le petit et le gros, le leader et le suiveur forment un couple d’inséparables qui partagent essentiellement... la phobie des Anglais ! Et cette phobie tourne à l’obsession, pour ceux qui, à la simple évocation de nos cousins d’outre-Manche, entrent dans une rage folle. Quand Napoléon s’écrie : \"Les Anglais sont des cons\" ou \"Les Anglais puent des pieds\", son compère répond en écho \"C’est la triste vérité\" et \"Ils refoulent des ripatons\".

Jean-Marc Rochette a créé deux nouveaux personnages aux aventures limitées par leurs seuls délires : si, géographiquement, ils ne peuvent dépasser les murs de l’asile où ils sont enfermés, Napoléon et Bonaparte ont, dans leur fol imaginaire, une faculté à dépasser les frontières du réel et de la rationalité. Ils se sont bâti un monde dans lequel leurs désirs sont des ordres et leur logique LA logique. Ils agissent comme des enfants qui ne conçoivent pas l’arrêt de leurs rêves et de leurs envies: avec eux, c’est tout, et tout de suite. Et ils deviennent, de ce fait, en une fraction de seconde, sorciers vaudous, cubes de béton, cosmonautes ou pingouins !

L’humour de l’album vient de la confrontation de leur univers intérieur naïf avec un réel qui s’invite pour créer le décalage entre deux mondes. Ainsi, Napoléon est corrigé à la lance à eau quand il prétend, dans un délire mégalomaniaque, faire la pluie et le beau temps. Et quand il peint pour s’évader, il a l’impression d’être \"enfin libre\", alors qu’il est toujours du mauvais côté du mur. Rochette s’offre ici un petit clin d’oeil sur la vanité d’un art qui ne peut être qu’une parenthèse dans une réalité bêtement quotidienne. Toute évasion ne serait donc que temporaire : c’est ce que l’on conclut d’ailleurs de l’échec de la libération de nos deux compères en un gag final très réussi.


Napoléon et Bonaparte sont les Laurel et Hardy, les Dupond et Dupont du monde psychiatrique, et finalement, ils ne sont que les deux faces d’un même personnage. On ne les imagine déjà plus l’un sans l’autre, siamois du rire, du délire, qu’accompagne à chaque case finale un moraliste aussi aliéné qu’eux, coiffé tantôt d’un pot de fleurs, tantôt d’une pieuvre. Ils se donnent la réplique et nous assènent des vérités qu’eux seuls, en tant que fous, ont le droit d’énoncer. Et si ces vérités nous font rire, elles nous font aussi parfois frissonner : quand Napoléon énonce tous les maux de la planète, quand il se souvient d’être \"André Martin, 43 ans, au chômage longue durée\", on commence à comprendre sa volonté de se réfugier en dehors d’un monde complètement hostile.

Ce nouvel album de Rochette peut évidemment se lire au premier degré, et c’est bien là sa fonction principale. Mais le sujet traité implique également de prendre du recul et pointe le doigt sur l’imperfection de notre société, sans désigner toutefois de responsables - tel n’est pas le propos d’un auteur qui, de son propre aveu, cherche d’abord à \"faire rigoler les gens\". Le pari de faire rire avec un sujet grave est réussi, et nous attendons impatiemment le deuxième album pour voir Napoléon et Bonaparte récupérer les îles anglo-normandes en se servant de la reine-mère comme monnaie d’échange... comme l’a promis Rochette lors d\'un récent entretien sur CanalWeb !


Thomas Bronnec
( Mis en ligne le 19/09/2000 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd