L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 16 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Dura Lex Sed... Sex
Hervé Le Tellier   Xavier Gorce   La Chapelle Sextine
Estuaire - Carnets littéraires 2005 /  14 € - 91.7 ffr. / 85 pages
ISBN : 2-87443-004-8
FORMAT : 13x19 cm
Imprimer

Y a-t-il une liaison entre le thème d’un livre et son traitement ; y a-t-il un lien entre la matière et la manière ? Ce nouveau livre d’Hervé Le Tellier nous inclinerait à répondre par la négative. En effet, le genre érotique souffre habituellement d’attirer des auteurs de seconde zone sacrifiant la recherche littéraire à celle du frisson, le frisson du sexe ou celui de lire un livre «défendu». Sous prétexte que le thème est le sexe, tout travail littéraire disparaît au profit d’effets plus directement corporels. Les véritables œuvres littéraires érotiques sont donc extrêmement rares ; bien que les plus grands auteurs s’y soient essayés, les résultats ne sont pas à la hauteur. Même les Onze mille verges d’Apollinaire sont décevantes dans leur crudité. Seul peut-être Pierre Louÿs qui y mêle beaucoup d’humour sort-il du lot. Hervé Le Tellier le rejoint. La Chapelle Sextine prend la relation sexuelle comme matériau, certes. Mais comme matériau seulement.

Vingt-six personnages. Treize hommes et treize femmes. Le prénom de chacun débute par une lettre différente. D’où quelques milliards de combinaisons possibles dont Hervé Le Tellier nous fait grâce au profit de quelques unes choisies avec soin. Car il est membre de l’OULIPO, il cherche des systématisations, des structures afin de rendre la littérature plus rigoureuse. En l’occurrence, et comme l’indique le titre du livre, il reprend le modèle de la sextine, forme poétique qui remonte à la Renaissance où une strophe abcdef est suivie d’une autre faebdc puis cfdabe et ainsi de suite. Ici, le modèle de permutation est le même mais les personnages remplacent les rimes : un personnage sur deux change de place, renouvelant peu à peu les couples. La permutation des personnages au sein des couples présentés aboutit à un graphe présenté en dernière page, le «plafond de la chapelle Sextine». Chacun des personnages couche d’abord avec leurs deux voisins dans l’alphabet puis avec ceux et celles à qui ils sont reliés sur ce graphe. Au final, chacun ayant couché avec 6 personnes, ce sont 78 courtes histoires correspondant aux 78 cases triangulaires du «pavement de la chapelle Sextine» qui s’offrent au lecteur. Les contraintes auxquelles s’astreint l’auteur ne sont pas gratuites. Elles contribuent à créer une cohérence au sein du livre qui, sans elles, ne serait que traversé de dizaines de personnages avec qui le lecteur, comme dans une liaison d’un soir, n’a que très peu le temps de faire connaissance.

Mais comme le jeu de mot du titre l’indique également, le livre est surtout plein d’un humour se fondant sur le langage, jouant de lui. L’érotisme ne sert pas à exciter le lecteur mais à créer un crescendo dans le texte qui trouve sa détente dans les deux dernières lignes de chaque chapitre, imprimées en italique, où réside l’humour. Une histoire où l’auteur a employé trois ou quatre termes différents pour le sexe de la femme se termine par : «Farid songe qu’il existe cinquante mots en français pour le sexe de la femme, et encore plus pour celui de l’homme. C’est peu, à considérer qu’il y en a 366 pour le lait caillé».

Un livre érotique donc, mais dont des extraits ont pu être lus lors des jeudis de l’OULIPO devant un public, certes acquis d’avance, mais qui, loin d’être choqué, a beaucoup ri. Les textes étaient alors lus par deux personnes différentes : une pour la partie écrite en romain, une autre pour celle en italique, ce qui permettait de mieux mettre en valeur la chute inattendue de chaque courte histoire. Il ne s’agit donc pas vraiment de ce que les bibliophiles appellent curiosa mais bien d’une œuvre littéraire, oulipienne, drôle et agréable à lire. Seule la lecture de ce livre dans les transports en commun peut éventuellement vous attirer des coups d’œil amusés ou pleins d’une bienséance pudibonde en raison des dessins qui accompagnent les textes…

La collection «Carnets littéraires» de l’éditeur belge Estuaire repose en effet sur le concept d’une collaboration entre un écrivain et un illustrateur. Ici, les textes de Le Tellier sont donc accompagnés de dessins en couleur de Xavier Gorce, qui avait déjà illustré les «Cités de mémoires» du même auteur ainsi que ses billets pour le journal Le Monde. Eux-mêmes érotiques ou non, plus ou moins esquissés, rehaussés de couleurs vives, ils dialoguent avec le texte qu’ils complètent : les deux auteurs jouent de la disposition du texte et de l’image.

Le livre d’Hervé Le Tellier, plein de fantaisie et de rigueur, de sexe et d’humour, de variations sur un thème imposé, de références à Bataille ou à Martial, nouvel Exercice de style, mérite donc que l’on s’y intéresse, ne serait-ce que ce remarquable parallèle : «Décidément les baisers sont comme les cornichons du bocal. Quand on parvient à obtenir le premier, le reste vient tout seul.»


Rémi Mathis
( Mis en ligne le 21/02/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Moments oulipiens
       de L'Oulipo
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd