L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 avril 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Oh Laura...
Douglas Kennedy   Cinq jours
Pocket 2014 /  7.30 € - 47.82 ffr. / 440 pages
ISBN : 978-2-266-24459-6
FORMAT : 11,0 cm × 17,5 cm

Première publication française en octobre 2013 (Belfond)

Bernard Cohen (Traducteur)

Imprimer

Laura : quarante deux ans, un mari au chômage et mal dans sa peau, une déprime persistante et l’impression d’avoir raté quelque chose, d’être désormais coincée dans une vie assez morne, entre le labo de radiographie et le home pas très sweet. Rien de bien extraordinaire certes, pas de maladie, un fils qui réussit dans ses études et une fille en fin d’adolescence… juste une vie supportable, mais pas agréable et dont elle ne voit pas l’utilité au final. Et comme les fins de mois sont serrées, un voyage, même professionnel à Boston est une pause que l’on ne saurait refuser : pause professionnelle et (même surtout) familiale.

Et à Boston, il y a Richard, la cinquantaine, vendeur en assurances, pas beaucoup plus heureux dans sa vie privée… Entre ces deux-là, sans doute pas des éclopés de la vie, mais des déçus, le courant passe, LA rencontre. Et dans l’intervalle de ce séminaire professionnel, un bref moment de bonheur, l’impression d’avoir finalement découvert cet Autre que seuls les héros de romans rencontrent sans difficultés. Serait-ce le moment d’un nouveau départ, d’une vraie histoire d'amour pour rattraper les échecs précédents ? A-t-on encore le droit d’être heureux, égoïstement heureux, passés quarante ans ?

Douglas Kennedy, c’est une valeur sûre : du roman solide et bien écrit, sans artifices, une histoire bien cadrée autour de la crise de la quarantaine, des désarrois du couple moderne confronté au laminoir de la réalité… Dans ce nouveau roman, on retrouve la patte Kennedy, avec des personnages soignés, une narratrice féminine sans vraiment de visage, mais avec une âme, un univers rétréci à des émotions, dans un décor de petite ville du Maine. ''Desperate housewife'' sans péripétie ni course poursuite ?...

Et comme d’habitude, l’auteur brille dans le portrait, non pas triste, mais gris, d’une existence qui semble passer à côté de la vie. Dans l’écriture de l’introspection, Kennedy se montre efficace, amateur de belles formules et de résumés saisissants. Le désarroi de Laura la rend sympathique dans le sens ancien du terme : on partage sa douleur, ses doutes… Là, Kennedy touche à l’universelle solitude. Puis vient Richard, la rencontre, et là, il maîtrise moins sa narration. Les dialogues sont plaqués, attendus, on s’enlise dans quelque chose d’artificiel et de convenu. Quelques moments de grâce, mais les deux esseulés sont bien verbeux. Non pas que ce soit mal écrit, mais cela sonne un peu faux, trop littéraire pour être honnête…

Heureusement, la fin, et le retour à l’introspection, redonnent au roman ce ton un peu crépusculaire qui plaira aux amateurs de l’écrivain. Une plongée dans la quarantaine, avec un peu d’espoir et un final en demi-teinte : le roman idéal pour l’automne.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 01/12/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Femme du Ve
       de Douglas Kennedy
  • Cet instant-là
       de Douglas Kennedy
  • La Poursuite du bonheur
       de Douglas Kennedy
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd