L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 19 novembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poches  
 

L’Equation de la came
William Burroughs   Junky - L'édition définitive
Gallimard - Folio 2017 /  7,70 € - 50.44 ffr. / 339 pages
ISBN : 978-2-07-079268-9
FORMAT : 10,8 cm × 17,7 cm

Oliver Harris (Préfacier)

Catherine Cullaz, Jean-René Major, Philippe Mikriammos (Traducteurs)

Imprimer

. «Tout plaisir n’est peut-être que dans le soulagement» ( William S. Burroughs, prologue à Junky, 1949)

William S. Burroughs (1914-1997) fait partie des écrivains de la ''Beat Generation'' dont Kerouac fut le meneur emblématique. En dépit d’études brillantes et d’une éducation bourgeoise, il fut un écrivain sulfureux à la vie de marginal, vivant de petits bouleaux tout en se droguant et en buvant plus que de raison. Junky, écrit en 1950 et paru en 1953 est le premier récit autobiographique de l’auteur. Il y raconte sa découverte de la drogue qui fatalement changea son destin en le rendant totalement dépendant.

Contrairement à la nouvelle de Hans Fallada, Du bonheur d’être morphinomane, écrite quelques années plus tôt et qui montre comment le drogué sombre dans la quête permanente et douloureuse du produit salvateur, Junky s’intéresse davantage à décrire le monde de la drogue avec ses consommateurs (des ratés, des délinquants, des marginaux), ses trafiquants, ses policiers, ses médecins qui gravitent autour du précieux délice, véritable poison d’une société en déroute. Tout comme Fallada, Burroughs dresse un portrait tout à fait clinique du consommateur dépendant des substances, parfois dans des états de manque et de détresse intense mais sous une forme narrative moins pathétique. Le style est très épuré, et il n’est pas question de moralisme. L’écrivain-junky décrit les différentes étapes du drogué, de la consommation à la revente en passant par des cures de désintoxication. Du coup, la galerie de personnages illuminés qu’il rencontre dresse un microcosme fait de noirceur mais aussi de drôlerie et d’héroïsme  !

En parfait compteur d’un sujet qu’il maitrise - «La came n’est pas un plaisir, c’est un mode de vie», confie-t-il -, William S. Burroughs offre un premier récit à la fois impudique (y révélant notamment des relations homosexuelles assumées) tout autant que profondément soigné. Les excès décrits dans cette expérience de morphinomane n’entachent en rien la lucidité du témoignage ainsi que la simplicité du style. C’est peut-être la force de ce texte qui s’attache à décrire à la fois les efforts qu’un drogué fait pour décrocher tout autant que les aberrations qui l’amènent à se procurer les pilules tant convoitées.

Une première œuvre de l’écrivain culte à redécouvrir dans cette version non censurée qui propose une nouvelle traduction ainsi que des appendices inédits.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 03/11/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd