L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 21 septembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Rentrée Littéraire 2017  
 

Familles, je vous hais
Alessandro Piperno   Là où l'histoire se termine
Liana Levi 2017 /  21 € - 137.55 ffr. / 304 pages
ISBN :  978-2-86746-941-1
FORMAT : 14,0 cm × 21,0 cm

Fanchita Gonzalez Batlle (Traduction)
Imprimer

Mateo Zevi, pour des raisons rocambolesques, bien que descendant d’une famille bourgeoise juive romaine, a dû fuir l’Italie à cause de dettes abyssales. En Californie, il a vécu d’expédients, descendant peu à peu l’échelle sociale, entre indigence et criminalité. Son principal créancier, un mafieux, meurt enfin ; il peut donc, seize ans plus tard (et deux épouses américaines, ce qui fait de lui un polygame à quatre épouses en comptant les deux Romaines), refaire surface à Rome où il a laissé sa famille, ayant fui comme un voleur. Mais ses choix de vie parfois lamentables lui valent des différends sérieux avec ses deux enfants devenus adultes.

Les vrais protagonistes du roman sont ces deux enfants italiens. Martina vient d’épouser Lorenzo, un fils de bonne famille très snob, et fait face à des disputes conjugales récurrentes, son jeune époux subissant le joug d'une mère envahissante et susceptible. Georgio a réussi dans les affaires en créant des restaurants ; «L’Orient Express» est un de ceux où il faut être vu pour faire partie de la bonne société romaine ; il accepte sa judéité mais il est hypocondriaque et apprécie très moyennement son statut de futur papa. Il est très rancunier et ne veut absolument pas revoir son père dont il a honte et qu’il considère comme un déclassé social, ce qui est rédhibitoire pour lui. «La seule excentricité acceptable est celle associée au succès». Federica, quarante-neuf ans, mère de Martina, est le pivot central vers qui tous se tournent, elle résout les problèmes de toute la famille, et aime d’un amour indéfectible et paisible Mateo, malgré sa fuite. Elle a un livre fétiche : Les Buddenbrook de Thomas Mann.

Une foule de personnages secondaires, amis anciens et nouveaux, parentèle, épouses abandonnées, traverse le roman et lui donne des teintes tour à tour comiques, fragiles et émouvantes. A la fin, un événement tragique, auquel personne n’est préparé, vient perturber et bouleverser tout ce petit monde...

On éprouve une vraie sympathie pour ces personnages qui essaient de surnager malgré leurs névroses, leurs contradictions, leurs failles. Piperno donne corps aux silences familiaux à l’hypocrisie sociale, aux ambitions blessées. Ecrit dans une langue limpide et délicate, sans préciosité, mêlant avec bonheur comédie, tragédie, farce et parodie, le récit, admirablement traduit, sait unir le portrait d’une vie de famille à la description des tensions, des peurs, des drames et des espoirs de toute une société. Un roman choral très réussi dont on aimerait beaucoup lire une suite, comme l’auteur l'avait fait avec le diptyque du Docteur Pontecorvo (La Persécution et Les inséparables, deux ouvrages également traduits en français).


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 01/09/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd