L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 21 septembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Rentrée Littéraire 2017  
 

L’Ange de la mort (Der Todesengel)
Olivier Guez   La Disparition de Josef Mengele
Grasset 2017 /  18,50 € - 121.18 ffr. / 240 pages
ISBN : 978-2-246-85587-3
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

Essayiste et scénariste, Olivier Guez nous présente son nouveau roman sur un sujet difficile. Le médecin d’Auschwitz, Josef Mengele, coupable de crimes et d’expérimentations médicales terrifiantes et indicibles sur les adultes, les handicapés et les enfants prisonniers du camp de la mort, ceci dans le but d’améliorer la race aryenne, réussit à échapper à la fin de la guerre à la vigilance des services alliés (il ne porte pas de tatouage comme les autres nazis) et prend la fuite en Amérique du Sud (Embu, au nord de Sao Paulo) où il vit en toute impunité jusqu’à sa mort en 1979.

C’est cette seconde partie de sa vie que le roman explore, et à travers elle le cas de nombreux nazis ayant trouvé une terre d’accueil favorable en Argentine, puis au Paraguay ou au Brésil. Avec la bénédiction des USA qui en échangent bénéficiaient de renseignements militaires et stratégiques. «Comment l’Argentine officiellement neutre fut la tête de pont de l’Allemagne nazie en Amérique du Sud pendant la guerre. Les Allemands y ont blanchi des millions et des millions de dollars et s’y sont procuré des devises et des matières premières». L’auteur analyse l’évolution de l’engagement argentin dans le refuge offert aux anciens nazis par le dictateur Juan Perón.

Il ne faut pas oublier que de grandes entreprises ayant encore pignon sur rue (BMW, Siemens, Hugo Boss) aujourd’hui ont profité du régime nazi, dans les camps de déportés, avec une main-d’œuvre bon marché, ainsi que la société des matériel agricole Mengele à Günsburg (Bavière) qui a longtemps prospéré et envoyé des subsides à Josef. On ne peut donc pas s’émouvoir quand la paranoïa de ce dernier, les recherches de Simon Wiesental, et ses revers de fortune le laissent s’enfoncer dans la misère et la solitude d’un vieillard aigri.

On aurait aimé avoir plus de précisons sur le système international ayant permis la fuite des nazis après guerre ou sur les efforts mis en œuvre dans la chasse aux nazis par le Mossad. Car ce récit relativement court est axé sur la seconde vie de l’«Ange de la mort», qui survivra jusqu’à la fin avec une idéologie intacte, proprement inhumaine. Au fond, quel est l’intérêt de connaître la trajectoire d’un tel monstre ? Sa personnalité est tout sauf intéressante et le roman est comme indulgent envers ce serpent malfaisant. Les mailles du filet pour le capturer étaient trop larges.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 30/08/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd