L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 26 juillet 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Ne pas aimer aimer Djian, c'est aimer Djian quand même
Philippe Djian   Love Song
Gallimard - Folio 2015 /  7 € - 45.85 ffr. / 239 pages
ISBN : 978-2-07-046293-3
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication en septembre 2013 (Gallimard - Blanche)
Imprimer

Il y a comme un malentendu, parfois, entre Djian et son lecteur car alors que ce dernier ne peut s'empêcher, d'une littéraire tape, à chaque nouveau titre, de demander à son serviteur un peu plus, un peu mieux, le premier clame haut et fort qui il est, qui il restera, ce depuis des romans, et des romans, et des romans : un conteur du post-moderne, un romantique attristé, un écrivain se voulant populaire, maladroit mais besogneux, souvent brillant mais un peu branleur quand même. Et qu'il ne changera donc pas.

Le lecteur est alors le schizophrène, qui sait ce qu'il va lire, qui sait ce qui va lui manquer, et qui dira, le roman refermé : Djian, sois Djian mais s'il-te-plaît aussi, un peu plus que Djian, que diable ! Ou bien est-ce la faute de l'auteur qui peut, d'une page à l'autre, illustrer son génie tout comme une certaine tendance à la médiocrité. On ne sait pas... On hésite.

Un roman de Djian ressemble parfois à s'y méprendre à du consommable de gare : des récits improbables, qui ressemblent trop à des scénarios de mauvaises séries TV ; un phrasé incommode, souvent plat, d'un coup lyrique mais désarçonné par des images outrées ou bien si convenues ; des personnages caricaturaux pris dans les clichés de leurs mésaventures ; et aussi, parce qu'un roman de gare à ce pouvoir malgré tout, l'envie chez le lecteur d'aller jusqu'au bout, pris dans ce que, en français adapté, on pourrait appeler un ''tourneur de pages''.

Love Song est djanien en diable, pour le meilleur et donc le pire. Les affres d'un rockeur vieillissant mais robuste, dandy désabusé que son ex-femme, qui l'a quitté pour un autre ''musicos'' avec qui elle a eu le mauvais goût de tomber enceinte, vient retrouver dans sa villa sous les arbres (toujours des arbres chez Djian, et l'eau pas loin, un lac souvent). Daniel et Rachel : amour fou, amour vache, ou chienne, ou quoi ? Ils règlent leurs comptes, s'énamourent à nouveau, une relation explosive et instable, le combustible idéal pour écrire et composer. Pressé par son agent, les producteurs, les actionnaires tapis dans l'ombre, Daniel doit sortir un nouvel album, que l'on espère joyeux et commercial, tout ce que Daniel abhorre... Love song, donc.

Disons, pour faire court, qu'on n'a, en fait, pas aimé aimer ce livre. Peut-être est-ce cela, du Djian, de l'amour qui agace, de l'amour en poil-à-gratter, qui démange et prend la tête, qui émeut mais tire les yeux au ciel, fait soupirer, de plaisir et d'exaspération. L'amour, quoi...


Thomas Roman
( Mis en ligne le 23/03/2015 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • ''Oh...''
       de Philippe Djian
  • Incidences
       de Philippe Djian
  • Impardonnables
       de Philippe Djian
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd