L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 26 juin 2017
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Parce que la vie continue
Keiko Ichiguchi   Les cerisiers fleurissent malgré tout
Dargaud/Kana - Made in 2013 /  15,00 € - 98.25 ffr. / 128 pages
ISBN : 978-2-505-01920-6
FORMAT : 17x24 cm
Imprimer

Itsuko, expatriée nippone vivant depuis plusieurs années en Italie, apprend via la presse internationale qu’un tsunami vient de ravager la côte est de son pays et que la centrale nucléaire de Fukushima a été endommagée…
Son désir de prendre immédiatement un vol pour Osaka afin de rejoindre ses proches est momentanément étouffé par son compagnon Angelo. Le sentiment d’impuissance qui la submerge alors fait vite place à la volonté d’aider ses compatriotes : elle participe donc à une vente caritative au profit des victimes pour récupérer des fonds nécessaires à l’aide de première urgence. Mais rapidement son souhait de retourner au Japon reprend le dessus. Angelo décide alors de l’accompagner…

L’auteure s’inspire d’une catastrophe qui a bouleversé son pays pour rendre un vibrant hommage au Japon et à sa culture ancestrale. Les cerisiers en fleurs y sont représentés comme d’indéfectibles repères qui jalonnent l’existence de la narratrice et la rattache à un incoercible espoir qui l’habite même lorsque tout semble perdu.
Saluons la poésie des illustrations, touchantes et apaisantes, comme si Ichiguchi avait voulu occulter toute violence de son histoire et n’en garder que le positif. Ce récit intimiste, librement adapté du vécu de la mangaka, livre avec pudeur l’angoisse et l’horreur qu’elle a ressenti face à cette terrible catastrophe. Le ton est parfois un peu mièvre mais l’inquiétude et la terreur de la narratrice restent communicatives. Même si l’auteure se défend d’avoir fait un one shot autobiographique, on perçoit évidemment au travers son récit le désir d’exorciser un événement traumatique fort : la vie continue, semble vouloir nous dire Ichiguchi, et il faut s’acharner à la croquer à pleines dents.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 10/03/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Pourquoi les Japonais ont les yeux bridés
       de Keiko Ichiguchi
  • 1945
       de Keiko Ichiguchi
  • America
       de Keiko Ichiguchi
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd